Boutique Biologiquement.comcurcuma bio

  Posté par curcuma       Laisser un commentaire
[Total : 5    Moyenne : 3.8/5]

Nom commun : curcuma.
Noms botaniques : Curcuma longa. On utilise également d’autres espèces de curcuma, telles que C. domestica, C. aromatica, C. xanthorrhiza, etc., famille des zingibéracées.
Nom anglais : turmeric.
Nom chinois : Jianghuang.

Prévenir le cancer et contribuer à son traitement. Traiter les ulcères de l’estomac et les maladies inflammatoires.
Traiter les troubles digestifs.
Traiter les ulcères de l’estomac et les troubles du foie. Soulager les maladies inflammatoires (arthrite rhumatoïde).
Usage externe – Traiter les inflammations de la peau et les blessures.

Posologie

Troubles digestifs

Rhizome séché en poudre. Prendre de 1,5 g à 3 g (½ c. à thé à 1 c. à thé) par jour, ce qui correspond à environ 60 mg à 200 mg de curcuminoïdes. (C’est ce que bien des gens en Inde consomment quotidiennement, grâce au traditionnel cari.)
Infusion. Infuser de 1 g à 1,5 g de poudre de rhizome dans 150 ml d’eau bouillante durant 10 à 15 minutes. Boire 2 tasses par jour.
Extrait fluide (1:1). Prendre de 1,5 ml à 3 ml par jour.
Teinture (1:5). Prendre 10 ml par jour.

Inflammation

Extrait normalisé en curcuminoïdes. Prendre l’équivalent de 200 mg à 400 mg de curcuminoïdes, 3 fois par jour. Pour arriver à ces dosages, qui dépassent de beaucoup ceux que peut fournir une consommation normale de curcuma, on a généralement recours à des extraits normalisés à 95 % de curcuminoïdes.
Privilégier les extraits qui contiennent de la broméline ou de la pipérine (ingrédient piquant du poivre), des substances qui améliorent l’absorption de la curcumine. Autre option : prendre les suppléments de curcuma en mangeant, car la présence de gras augmente également l’absorption de l’épice.

Historique du curcuma

Le curcuma est une plante herbacée vivace originaire du sud de l’Asie. Son rhizome séché et réduit en poudre est une épice très populaire. Le curcuma, nommé haridra en sanscrit, est un des principaux ingrédients du cari, un mélange d’épices omniprésent dans la cuisine indienne. En Asie, on a depuis longtemps découvert qu’ajouter du curcuma aux aliments permettait de conserver leur fraîcheur, leur saveur et leur valeur nutritive.

Ainsi, bien avant l’époque des conservateurs synthétiques, le curcuma jouait un rôle primordial comme additif alimentaire. Son nom chinois, Jianghuang, signifie « gingembre jaune », une allusion à sa ressemblance avec le gingembre, une plante de la même famille, et à la remarquable couleur de son rhizome qu’on a utilisé comme colorant et teinture.

En médecine ayurvédique (médecine traditionnelle de l’Inde), de même que dans les médecines traditionnelles de la Chine, du Japon, de la Thaïlande et de l’Indonésie, le curcuma est utilisé pour stimuler la digestion, notamment parce qu’il augmente la sécrétion biliaire. En fait, ces propriétés sont universellement reconnues, si bien que le rhizome est commercialisé dans le monde entier.

Au cours des dernières décennies, on a isolé, dans les rhizomes du curcuma, des substances auxquelles on a donné le nom de curcuminoïdes (la curcumine constitue environ 90 % de ces composés). Il s’agit d’antioxydants très puissants, qui pourraient expliquer un certain nombre des indications médicinales traditionnelles de cette plante, notamment pour le traitement de divers troubles inflammatoires dont les douleurs rhumatismales ou menstruelles. En Asie et en Inde, il est également utilisé de façon topique pour accélérer la guérison des ulcères, des blessures ainsi que des lésions causées par la gale et l’eczéma, par exemple.

Recherches sur le curcuma

Cancer. Dans ce domaine, la recherche est très active et les résultats de plusieurs essais cliniques sont attendus. Les chercheurs pensent que les effets antioxydants et anti-inflammatoires de la curcumine peuvent jouer un rôle dans la prévention et le traitement du cancer. Des études in vitro indiquent déjà que la curcumine inhibe la prolifération des cellules cancéreuses en agissant à divers moments de leur développement et qu’elle favorise la fabrication d’enzymes qui aident le corps à se débarrasser des cellules cancéreuses.

Prévention du cancer. Selon des données épidémiologiques, la prévalence de plusieurs cancers (du côlon, du sein, de la prostate et du poumon) est moins élevée dans les pays asiatiques où l’on consomme beaucoup de curcuma. En outre, de nombreuses études sur des animaux exposés à des substances carcinogènes indiquent que la curcumine pourrait prévenir plusieurs cancers (du poumon, du côlon, de l’estomac, du foie, de la peau, du sein, de l’oesophage, lymphomes et leucémie).
D’un point de vue clinique, les données sont encore peu nombreuses. Elles ont été obtenues avec des groupes ne dépassant pas 25 personnes dans le meilleur des cas. Néanmoins, les résultats sont prometteurs. Ils suggèrent que la consommation de curcuma pourrait être associée à une baisse du risque de cancer chez les fumeurs. Chez des patients à risque, des doses de 1 g à 8 g de curcumine par jour pendant 3 mois sont parvenues à faire régresser certaines lésions précancéreuses. Enfin, le nombre et la taille des polypes intestinaux de personnes atteintes de polypose familiale ont diminué sous l’effet de la curcumine (480 mg, 3 fois par jour) associée à la quercétine (20 mg).
Traitement du cancer. Les propriétés anticancéreuses de la curcumine sont prises très au sérieux par la communauté scientifique et plusieurs essais cliniques sont en cours. Jusqu’à présent, on ne dispose que de peu de résultats, mais ils sont encourageants. Utilisée seule ou en association avec la chimiothérapie, la curcumine (8 g par jour) a permis, dans quelques cas, de stabiliser l’évolution du cancer du pancréas . Cet effet a également été observé chez des patients souffrant de cancer colorectal.
Ces études préliminaires ont toutefois confirmé ce que les études avec l’animal avait révélé : la biodisponibilité de la curcumine est très faible . Elle est peu absorbée par les intestins et la fraction absorbée est rapidement transformée par le foie et éliminée. Les quantités qui se sont révélées efficaces dans les expériences in vitro sont donc difficiles à atteindre dans l’organisme. C’est une des raisons pour laquelle les essais cliniques utilisent des doses si importantes et se focalisent sur les cancers du tube digestif où les quantités de curcumine demeurent élevées.
Adjuvant aux traitements habituels du cancer. De nombreux résultats obtenus in vitro ou in vivo avec les animaux indiquent que la curcumine augmente les effets thérapeutiques de la radiothérapie et de la chimiothérapie en rendant les cellules cancéreuses plus sensibles à ces traitements. Elle pourrait aussi réduire leurs effets indésirables.

Ulcères gastroduodénaux. Les études in vitro et sur des animaux indiquent que le curcuma a des effets protecteurs sur la muqueuse gastrique et qu’il peut détruire ou inhiber la bactérie Helicobacter pylori, responsable de la plupart des ulcères gastriques et duodénaux. D’un point de vue clinique, les études sont rares et leurs résultats encore peu concluants. Toutefois, dans l’une d’entre elles, réalisée sans placebo, le taux de guérison a été de 75 % avec des doses de 3 g de curcuma par jour durant 12 semaines.

Maladies inflammatoires chroniques. En Inde et en Chine, on utilise le curcuma depuis très longtemps pour ses propriétés à contrer l’inflammation. Des essais in vitro et sur des animaux ont donné des résultats positifs pour le traitement de la colite ulcéreuse, de l’arthrite rhumatoïde et de la pancréatite. Chez l’humain, les données sont encore parcellaires et il faudra attendre les résultats de plusieurs essais cliniques en cours pour se faire une idée plus exacte de son efficacité.

Arthrite. Comparée à des anti-inflammatoires classiques, la curcumine (1 200 mg par jour) s’est montrée aussi efficace que la phénylbutazone dans le traitement de l’arthrite rhumatoïde. Quant au curcuma, des doses de 2 g par jour pendant 6 semaines ont produit des effets comparables à l’ibuprofène (800 mg par jour) sur des personnes souffrant d’arthrose. De bons résultats ont aussi été obtenus avec de la curcumine (200 mg par jour pendant 8 mois) couplée à de la phosphatidylcholine (Meriva®) afin d’améliorer son absorption par l’organisme.

Maladies inflammatoires des intestins. Un extrait normalisé de curcuma a été utilisé avec succès chez des personnes souffrant du syndrome de l’intestin irritable. Les 2 doses testées, équivalentes à 72 mg et 144 mg de curcumine par jour, ont permis de réduire les symptômes et d’améliorer le confort des malades. Il est à noter qu’un essai de plus grande envergure est en cours aux États-Unis.

Dans une autre étude avec des patients atteints de colite ulcéreuse, la curcumine à raison de 1 g 2 fois par jour, en plus du traitement habituel (sulfasalazine ou mézalamine), a limité le nombre de crises aiguës de la maladie pendant les 6 mois qu’a duré le traitement. Les manifestations cliniques ont également régressé. Ces résultats confirment ceux obtenus au cours d’un essai préliminaire qui avait également montré des effets de la curcumine sur la maladie de Crohn.

Par ailleurs, le curcuma et la curcumine ont donné des résultats encourageants pour le traitement des d’oedèmes post-opératoires et de certaines inflammations de l’oeil.

Troubles digestifs. La Commission E et l’Organisation mondiale de la Santé reconnaissent l’efficacité des rhizomes du curcuma pour traiter la dyspepsie, c’est-à-dire des troubles digestifs, comme les maux d’estomac, les nausées, la perte d’appétit ou les sensations de lourdeur. Au cours d’un essai clinique, le curcuma, à raison de 250 mg 4 fois par jour, a été nettement plus efficace qu’un placebo pour soulager les problèmes digestifs des participants.

Le curcuma est aussi utilisé pour améliorer les fonctions biliaires, qui sont souvent une des causes de la dyspepsie. Une préparation à base de chélidoine et de curcuma a été utilisée avec un certain succès sur des personnes souffrant de douleurs abdominales dans la région du foie. La faible qualité méthodologique de cet essai et le fait que la chélidoine est aussi une plante qui stimule la vésicule biliaire rendent ces résultats difficiles à interpréter.

Divers. Les chercheurs s’intéressent également aux effets bénéfiques potentiels de la curcumine sur la maladie d’Alzheimer : 3 essais cliniques sont en cours.

Précautions

Attention
On s’intéresse de près aux effets anticancer de la curcumine, mais de hautes doses sont nécessaires. On ne connaît pas les effets à long terme de telles doses qui pourraient, dans certains cas, avoir des effets indésirables importants.
Bien qu’on ne signale aucun cas d’effet indésirable lié à la consommation de curcuma ou de curcuminoïdes durant la grossesse, certains auteurs estiment qu’en raison de son emploi traditionnel pour traiter l’aménorrhée (absence de menstruations), les femmes enceintes devraient éviter de prendre de fortes doses de curcuma ou de curcuminoïdes.
Contre-indications
Obstructions et calculs biliaires. Si une lésion ou un calcul obstrue les voies biliaires, il est impératif de consulter un médecin avant d’entreprendre un traitement au curcuma.

Effets indésirables

Aucun connu aux doses habituellement utilisées.

Interactions

Avec des plantes ou des suppléments
Les effets du curcuma et de la curcumine peuvent s’ajouter à ceux d’autres plantes ou produits naturels ayant un effet anti-inflammatoire.
Avec des médicaments
Théoriquement, les effets du curcuma et de la curcumine peuvent s’ajouter à ceux de médicaments ayant un effet anti-inflammatoire
Théoriquement, la curcumine peut interagir avec les traitements de chimiothérapie et de radiothérapie.

Sur les tablettes

Certains fabricants associent de la broméline à la curcumine, pour en améliorer l’absorption. La pipérine, l’ingrédient piquant du poivre, améliore également l’absorption des curcuminoïdes, tant chez les animaux que chez les humains.
Le cari, un mélange d’épices, contient du curcuma, mais en quantités très variables.
Le cari, un mélange d’épices, contient du curcuma, mais en quantités très variables.

Boutique Biologiquement.comLe curcuma un antioxydant naturel puissant

  Posté par curcuma       Laisser un commentaire
[Total : 2    Moyenne : 3/5]

Après le gingembre, je vous présente une autre épice aux étonnantes vertus.
Le curcuma, connaissez vous? Il figure parmi les ingrédients incontournables du curry.
Si vous êtes amateur de cuisine indienne, vous le reconnaîtrez.

Au-delà de son statut d’épice, c’est un élément incontournable pour votre santé.

Poudre de Curcuma bio riche en antioxydant naturel puissant
Poudre de Curcuma bio riche en antioxydant naturel puissant

Le curcuma : sa provenance

Le curcuma provient du sud de l’Asie. Sa culture est très répandue au Japon,
en Birmanie, en Indonésie, en Inde et en . On le retrouve aussi en Afrique.
Vous appréciez la cuisine orientale ? Cette épice est très souvent utilisée pour
la préparation de ces plats exotiques que vous appréciez tant.
Cette racine n’est pas uniquement utilisée dans la cuisine, elle est aussi employée
dans la médecine ayurvédique indienne depuis des millénaires.

De multiples utilisations au fil des siècles

Le curcuma est un cousin du gingembre. Les deux épices ont d’ailleurs un air de famille
indéniable de par leurs formes.
Actuellement, cette plante est utilisée partout dans le monde… mais pas toujours à des
fins culinairesou thérapeutiques :
le curcuma a servi de colorant pour donner de la couleur aux robes des bonzes en Asie.
Chez les jeunes filles Tamoules, il est aussi utilisé pour teindre leurs pieds durant
leurs fiançailles.

Anecdote

Le saviez-vous ? Bon nombre de cyclistes ayant participé au tour de France prennent
du curcumapour optimiser leurs performances.
Les vertus de cette épice permettent, en effet, de booster l’endurance de ces sportifs.
En raison de cet effet particulièrement bénéfique, certaines personnes l’utilisent
aussi en guise d’aphrodisiaque, en vue d’accroître leurs performances sexuelles.

Le curcuma: une épice santé

– La vertu la plus reconnue du curcuma est son action digestive.
– En favorisant la sécrétion de la bile et en permettant à votre organisme de brûler
plus de graisse, cette épice constitue votre meilleure alliée pour les lendemains de fête.
– Un repas trop copieux ? Quelques pincées de curcuma dans le repas suivant et vous
vous sentez plus léger.
– Le curcuma possède aussi la vertu de ralentir le vieillissement de vos cellules en
neutralisant les radicaux libres. C’est un anti-oxydant puissant.
– Pour décupler son efficacité, dans ce cadre, associez-le à de l’huile d’olive et/ou à
des lamelles de gingembres dans la composition d’un plat.
– L’action anti-oxydante du curcuma dépasserait même celle de la vitamine E.
– Cette plante est aussi connue pour ses actions anti-inflammatoires.
– Elle possède la capacité d’augmenter le taux de cortisone naturelle dans le sang.
Ce qui en fait un anti-inflammatoire non stéroïdien.
– A noter que, jusqu’à ce jour, les études menées dans ce sens n’ont pas identifié
d’ effets secondaires du curcuma, lorsqu’il est utilisé en tant que tel.
– Du côté du système cardio-vasculaire, la consommation quotidienne du curcuma
vous aide à faire baisser votre taux de cholestérol. Il protège ainsi votre cœur et vos veines.
– Et ce n’est pas fini : il peut aussi vous aider à réduire de moitié les risques de cancer,
en l’occurrence celui qui touche le côlon, avec juste quelques pincées de curcuma,
tous les jours.

Boutique Biologiquement.comCurcuma bio – Alimentation – Pharmacopée

  Posté par curcuma       Laisser un commentaire
[Total : 2    Moyenne : 2/5]

Le curcuma bio antioxydant naturel puissant  (Curcuma longa) est une plante herbacée rhizomateuse vivace du genre Curcuma de la famille des Zingibéracées originaire du sud de l’Asie.

Parfois appelée « safran des Indes », son nom provient du sanskrit kunkuma, arabe كركم, kourkoum, hébreu כרכֹם “karkom”. Il est largement cultivé en Inde mais aussi, à un moindre degré, en Chine, à Taïwan, au Japon, en Birmanie, en Indonésie et en Afrique.
Il est connu en Occident depuis l’Antiquité et décrit par Dioscoride dans ses Materia Medica.

Curcuma bio - Alimentation - Pharmacopée
Curcuma bio – Alimentation – Pharmacopée

Utilisation

Alimentation

On utilise le rhizome séché et réduit en poudre comme épice et il entre couramment dans les mélanges d’épices de la cuisine indienne, en particulier le curry mais aussi le mukhavas (mélange indien de graines pris en fin de repas pour favoriser la digestion), le colombo antillais, le ras-el-hanout du Maghreb. Il est très utilisé également dans la cuisine réunionnaise. Pour préparer la poudre, il faut faire bouillir le rhizome, ôter sa peau, le faire sécher au soleil, puis le réduire en poudre. Il a alors perdu les trois quarts de son poids. Sa saveur est poivrée et très aromatique. Le curcuma est aussi largement utilisé dans les cuisines thaïe et cambodgienne (où il est appelé ), dans la confection des currys, en particulier du célèbre amok , mais aussi de divers condiments. Au Cambodge, il entre dans la composition de diverses boulettes, dont les boulettes de porc aux épices .

Colorant

Le curcuma était aussi largement utilisé comme teinture jaune orangé – pour le costume safran des sâdhus ou des moines bouddhistes par exemple – avant l’invention des teintures chimiques.
Il est à l’origine du colorant alimentaire jaune industriel E100 (curcumine).

Pharmacopée

Le curcuma est utilisé comme médicament traditionnel pour le traitement des maladies de peaux, en particulier en Inde et dans l’île Maurice dans le traitement de la gale.
Il est utilisé depuis très longtemps comme anti-inflammatoire par la médecine ayurvédique indienne.
Le cancer du côlon est statistiquement moins présent dans les aires où on le consomme régulièrement. Le principe actif du curcuma, la curcumine, est l’objet de recherches actives. C’est un agent de chimioprévention efficace des cancers colorectaux chez les rongeurs (essais cliniques chez des volontaires en cours).
La curcumine pourrait également aider à stimuler les cellules du système immunitaire qui engloutissent les protéines du cerveau qui marquent la maladie d’Alzheimer.
L’activité thérapeutique du curcuma est décuplée en présence de poivre noir (pipérine). La biodisponibilité du curcuma est ainsi augmentée.
Le jus de curcuma obtenu à partir des rhizomes frais, conserve les Phytonutriments fixes (curcumine , turmérine,… ) et volatils (l’huile essentielle présente dans le jus de curcuma frais semble favoriser la biodisponibilité des curcumines dans l’organisme). Depuis des siècles, l’utilisation traditionnelle du curcuma frais en Asie sud-est, lieu à l’origine de la découverte des bienfaits de curcuma n’a jamais fait l’objet de la consommation d’une seule molécule isolée (curcumine) mais de tout le rhizome. La turmérine, autre composant de l’épice, semble également avoir des propriétés anti-oxydantes.

Boutique Biologiquement.comCurcuma bio antioxydant puissant

  Posté par curcuma       Laisser un commentaire
[Total : 4    Moyenne : 3.5/5]

Curcuma : Nom latin
Curcuma longa
Curcuma : Nom(s) vulgaire(s)
Safran des Indes
Curcuma : Famille
Zingibéracées
Curcuma : Période de récolte

Curcuma : Propriétés

Le curcuma stimule la sécrétion de la bile, donc la digestion. Ses bienfaits sont reconnus par l’OMS pour soigner la dyspepsie (maux d’estomac, nausées, perte d’appétit…). Par ailleurs, selon des études menées sur des animaux, il pourrait contrer la bactérie Helicobacter pylori, responsable d’ulcères gastriques et duodénaux. Enfin le rhizome de curcuma contient des curcuminoïdes, des substances antioxydantes et anti-inflammatoires, ce qui lui confèrerait des effets anticancer. Des données épidémiologiques ont d’ailleurs souligné que la prévalence de plusieurs cancers (côlon, sein, prostate, poumon) était moindre en Asie, continent où l’on consomme beaucoup de curcuma.
Curcuma : Etudes scientifiques

(1) Antimicrobial activity of curcumin against Indian Helicobacter pylori and also during mice infection. De R, Kundu P, etal. Antimicrob Agents Chemother. 2009 Feb 9.
(2) Curcuma longa extract protects against gastric ulcers by blocking H2 histamine receptors. Kim DC, Kim SH, etal. Biol Pharm Bull. 2005 Dec;28(12):2220-4. Texte intégral: www.jstage.jst.go.jp
(3) Chauhan DP. Chemotherapeutic potential of curcumin for colorectal cancer.Curr Pharm Des 2002;8(19):1695-706.
(4) Anticancer and carcinogenic properties of curcumin: considerations for its clinical development as a cancer chemopreventive and chemotherapeutic agent. López-Lázaro M. Mol Nutr Food Res. 2008 Jun.

Curcuma bio antioxydant puissant
Curcuma bio antioxydant puissant

Curcuma : Histoire

Originaire du sud-est asiatique et d’Inde, le curcuma est utilisé depuis longtemps pour soigner les problèmes hépatiques, dont la jaunisse. Il est aujourd’hui cultivé dans toute l’Asie, en Afrique tropicale et aux Antilles. C’est toujours la plante phare de la médecine traditionnelle ayurvédique (Inde) qui l’utilise notamment comme anti-inflammatoire.

Curcuma : Comment la reconnaître?

Le curcuma possède de longues feuilles pointues qui trouvent leur base à même la terre. Au centre des feuilles se trouvent ses fleurs blanches et roses qui forment une sorte d’épi. Le curcuma possède un rhizome, une tige souterraine qui pousse quasiment à l’horizontale.

Curcuma : Parties utilisées

Le rhizome

Curcuma : Posologie

En usage interne
Contre les troubles de la digestion
Infusion : 0,5 à 1g de poudre de rhizome dans 150ml d’eau bouillante durant 5 à 10 min. Filtrer. Boire 2 à 4 tasses par jour, de préférence pendant les repas, jusqu’à amélioration des symptômes.
Ou
Teinture-mère : Verser 35 gouttes dans un verre d’eau. A boire après chaque repas, jusqu’à amélioration des symptômes.
En cas de persistance des symptômes, consultez un médecin.

Curcuma : Précautions d’emploi

Le curcuma est contre-indiqué en cas d’obstruction des voies biliaires et d’allergie à la plante. Même chose pour les femmes enceintes, allaitantes et chez les personnes de moins de 18 ans (hors usage alimentaire). Il est déconseillé à doses élevée en cas d’ulcère de l’estomac ou du duodénum car il peut augmenter l’irritation. Demandez l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien avant toute prise.

Attention : Les plantes ne sont pas des remèdes anodins. Ne jamais dépasser les doses indiquées.

Boutique Biologiquement.comCurcuma biologique. Propriétés

  Posté par curcuma       Laisser un commentaire
[Total : 1    Moyenne : 1/5]

Le curcuma bio antioxydant naturel puissant (Curcuma longa) est un rhizome jaunâtre de l’Inde et l’Asie du Sud.

Traditionnellement, elle est utilisée depuis des centaines d’années comme épice et colorant et en tant que substance naturelle dans la médecine ayurvédique, utilisée dans les cas d’inflammation, la cicatrisation des plaies et des troubles digestifs.

Ces dernières années, elle a publié de nombreux ouvrages scientifiques sur la curcumine et sa popularité auprès des professionnels a considérablement augmenté. Ci-après un bref examen de certains de ses effets les plus frappants physique.

Curcuma biologique. Propriétés
Curcuma biologique. Propriétés

Moderne utilise du curcuma

Il ya plus de 1500 références sur les effets biologiques de la curcumine en phytothérapie moderne. Beaucoup de ces effets sont liés à leurs composés pour une plus grande activité biologique, la curcumine.

Les effets anti-inflammatoires de curcuma

Les premières études sur ses effets anti-inflammatoires ont été étudiés dans le début des années 70, concernant un grand nombre des effets caractéristiques de la curcumine et curcumine avec sa capacité à réduire l’inflammation. Particulier, il est prouvé que le curcumin réduit la quantité de composés inflammatoires comme la lipoxygénase, du facteur nucléaire Kappa B (NF-kB), l’oxyde nitrique, la cyclo-oxygénase-2 (COX-2), le facteur de nécrose tumorale (TNF-α), la prostaglandine 2 (PGE2) et l’interleukine-1 (IL-1).

Effets sur les articulations

Les effets de la curcumine mixte sur la santé est liée à sa puissante activité anti-inflammatoire. Il a d’abord été observé en 1980 et de nombreuses études ont puisé dans l’enquête sur cette action. Une étude réalisée par l’Université de l’Arizona a publié en 2006 a montré qu’un extrait de curcuma inhibe l’inflammation et la destruction des articulations.

Effets sur le système digestif de curcuma

Encore une fois, bon nombre des effets de la curcumine sur le système digestif est lié à leurs vertus anti-inflammatoires. Une étude réalisée par l’Université de Reading en 2004 a montré sa capacité à réduire la douleur ou les malaises et autres symptômes associés au syndrome du côlon irritable. Une autre étude menée en Chine a révélé que l’utilisation du curcuma dans les ulcères colite réduite et avait plus superficiel, l’amélioration de la reprise de poids corporel, l’amélioration des niveaux de composés anti-inflammatoires et une diminution de l’expression de composés pro-inflammatoires. A double-blind placebo-contrôlée a confirmé que le curcumin est une substance sûre et prometteuse pour la colite ulcéreuse.

Curcumine a également été utilisé dans le traitement de la dyspepsie, un symptôme fréquent de la maladie de la vésicule biliaire. Il est également considéré comme cholérétique, en augmentant la production et des flux de bile.

Autres effets de la curcumine

Les preuves indiquent que le curcuma a une activité anti-oxydant puissant, car il réagit avec le glutathion et de mai ont un effet sur la superoxyde dismutase (SOD) et glutathion peroxydase.

L’étude suggère que le curcuma mai inhiber la peroxydation lipidique et réduire plasmásticos taux de cholestérol, de phospholipides et de triglycérides. Cet effet pourrait être potentiellement utile pour les personnes avec un cholestérol élevé et risque de maladie cardiaque. Une étude a également montré que la curcumine inhibe l’agrégation plaquettaire, l’amélioration de la circulation et la santé cardiaque.

Certaines études montrent aussi des avantages pour la santé du foie, ce qui réduit les dommages du foie causée par des toxines extérieures. Une étude en Inde a montré que le curcuma inversée changements foie gras tels que les altérations et la nécrose provoquée par l’aflatoxine.

Boutique Biologiquement.comLe Curcuma, protection pour articulations fragiles

  Posté par curcuma       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

C’est à la curcumine bio antioxydant puissant, l’un de ses principaux composants actifs, que le curcuma doit la plus grande partie de ses effets bénéfiques pour la santé.

La curcumine est un puissant antioxydant qui apporte une protection efficace contre les dommages cellulaires occasionnés par les radicaux libres.
De plus, la curcumine agit de multiples manières sur l’inflammation chronique.
Grâce à la curcumine qu’elle contient, le curcuma exerce de nombreuses actions physiologiques. Son utilisation est particulièrement intéressante pour réduire l’inflammation articulaire et pour atténuer les inflammations du système digestif.
Nous allons raconter l’histoire du curcuma, cette plante aux propriétés remarquables qui est utilisée depuis plusieurs millénaires…et qui est loin d’avoir livré tous ses secrets, puisque la recherche est actuellement en effervescence à son sujet…

Le Curcuma, protection pour articulations fragiles
Le Curcuma, protection pour articulations fragiles

L’utilisation traditionnelle pluri-millénaire du curcuma.
Le curcuma est l’un des principaux ingrédients du curry, ce mélange d’épices omniprésent dans la cuisine indienne. Le curcuma est aussi utilisé depuis de longues années en médecine traditionnelle, notamment en Inde ayurvédique, de même que dans les médecines traditionnelles de la Chine, du Japon, de la Thaïlande et de l’Indonésie.
Le curcuma est considéré comme un protecteur et tonique du système digestif complet et un remède contre divers troubles inflammatoires. Il est utilisé pour traiter toute une variété d’indispositions incluant problèmes gastro-intestinaux, inflammation, maux de tête, infections et rhumes.
En fait, ces propriétés sont pour ainsi dire universellement reconnues, si bien que le curcuma est commercialisé dans le monde entier.

L’histoire mondiale du Curcuma.

Le curcuma est un remède traditionnel des plus anciens. Ses bénéfices sur la santé ont été décrits en Inde il y a 4000 ans.
Le curcuma est l’un principes végétaux primordiaux de la médecine ancienne ayurvédique (« science de la vie » en sanscrit ancien). Il est traditionnellement associé à d’autres principes minéraux ou végétaux tel que boswellia serrata et gingembre, et en particulier, au poivre noir.
La sagesse populaire a devancé la science, puisque le poivre était toujours associé au curcuma dans le curry des Indiens. Des recherches ont été orientées en ce sens et ont confirmé le bon sens des traditions puisque la pipérine du poivre noir potentialise efficacement l’assimilation de la curcumine du curcuma.
Selon la médecine ayurvédique, les poivres noirs étaient utilisés pour leurs vertus anti-inflammatoires et comme composant anti-irritation. Le poivre noir était également utilisé par la médecine ayurvédique pour traiter les allergies.

Le curcuma est mentionné dans un herbier assyrien datant d’environ 600 ans av. J.-C. Il est cité dans le traité du médecin grec Dioscoride « Sur la matière médicale ». Marco Polo, dans ses mémoires de voyages en Chine, décrit le Curcuma au XIIIième siècle : « il y a une substance végétale possédant les caractéristiques du safran, ainsi que sa couleur, mais qui toutefois n’est pas exactement du safran. Le curcuma est tenu en très haute considération, il est un ingrédient que l’on trouve dans tous leurs mets culinaires, et son prix est élevé ».

La haute d’appréciation du curcuma est établie par son utilisation par de nombreuses cultures, chacune nommant l’épice dans sa langue respective :
Birman : fa nwin / Chinois : wong geung fun, yü chiu / Danois : gurkemeje / Néerlandais : geelwortel. / Finnois : keltajuuri / Français : curcuma, saffron des Indes / Allemand : gelbwurz, kurkuma / Islandais : turmerik / Italien : curcuma / Langues Indiennes : haldee, haridra, haldi, huldee, huldie / Indonesien : kunjit, kunyit / Japonais : ukon / Malais : kunjit / Norvégien : gurkemeie / Polonais : klacze kurkumy / Portuguais : açafrão-da-Índia / Russe : zholty imbir / Espagnol : azafrán de la India, azafran arabe / Cingalais : kaha / Suédois : gurkmeja / Tamoul : munjal / Thai : ka min / Vietnamien : bot nghe.

La validation par la Commission E et par l’OMS.
La Commission E (commission chargée par le Ministère de la Santé Allemand d’évaluer l’efficacité des préparations à base de plantes) et l’Organisation Mondiale de la santé (OMS) reconnaissent l’efficacité des rhizomes du curcuma pour traiter la dyspepsie, c’est-à-dire des troubles digestifs comme les maux d’estomac, les nausées, la perte d’appétit ou les sensations de surcharge, ainsi que les inflammations digestives.
Les effets de la plante curcuma longa sont dus à ses principes actifs, les curcumines.
Le groupe botanique auquel appartient le curcuma longa est lié au groupe des zingibéracées, auquel appartient le gingembre. La racine et le rhizome (les parties souterraines) du curcuma longa sont broyées sous forme de poudre. La poudre de curcuma est l’un des principaux ingrédients du curry, mélange d’épices omniprésent dans la cuisine indienne.
Dans les rhizomes du curcuma, ont été isolées des substances auxquelles a été donné le nom de curcumines. Il s’agit d’antioxydants très puissants, pouvant expliquer certaines indications médicinales traditionnelles de cette plante, en particulier pour le traitement de divers troubles inflammatoires : soulagement des douleurs arthrosiques, rhumatismales ou menstruelles, traitement de diverses inflammations cutanées, digestives etc…
Au cours de ces dernières années, la recherche scientifique internationale porte un intérêt croissant à l’étude de la curcumine – le principe actif principal du curcuma. Les concentrations de cucurmine étudiées sont bien plus élevées que celles des épices alimentaire, pour lesquelles le titrage en cucurmine n’est pas déterminé.
La tolérance irréprochable de la curcumine.
D’après les données disponibles, la curcumine, employée même à très forte dose, ne produit aucune toxicité, ni aucun effet secondaire chez l’homme. Le curcuma a été employé durant des milliers d’années sans effet indésirable, et ce même en forte quantité sous forme de condiment. L’agence de Santé Américaine FDA classe le curcuma parmi les substances saines et sans danger, en tant que GRAS (General Recognition And Safety).

La faible biodisponibilité de la curcumine, compensée par l’adjonction de pipérine (poivre noir).
La curcumine seule présente une très faible biodisponibilité. Il a été récemment démontré que les actifs du poivre noir (pipérine) permettent aux actifs du curcuma (curcumine et curcuminoïdes) d’être effectivement absorbés par l’organisme. La pipérine, l’ingrédient piquant du poivre, améliore l’absorption des curcuminoïdes. Nous utilisons la curcumine et la pipérine dans la composition de notre complément alimentaire Cartilamine Phyto.

L’absence de brevet sur la curcumine.

Les applications thérapeutiques de la curcumine intéressent de près de grands groupes pharmaceutiques qui ont déposé des demandes de brevet d’exclusivité. Cependant, du fait de sa provenance naturelle et de son utilisation traditionnelle largement documentée, ces demandes de brevets d’exclusivité ont toutes été rejetées. Si bien que la curcumine peut être commercialisée de manière libre dans le monde entier. Ceci est utile aux consommateurs éduqués et avertis.

Les développements à venir.

Avec plus de 3000 articles scientifiques, dont la majeure partie a été publiée au cours des dernières années, l’étude des effets de la curcumine bénéficie d’un intérêt remarquable de la part de la communauté scientifique internationale.
De nombreuses études in vitro et sur des animaux, et quelques études cliniques préliminaires ont déterminé des modes d’action multiples et cohérents. Ceci a déclenché une véritable effervescence simultanément dans plusieurs domaines médicaux : rhumatologie, gastro-entérologie, cancérologie et neurologie. Les multiples propriétés protectrices de la curcumine en font un candidat extrêmement crédible et remarquablement prometteur dans chacun de ces domaines. Les espoirs rationnellement suscités demandent maintenant à être confirmés par des études cliniques actuellement en cours ou à venir.

Boutique Biologiquement.comLe curcuma : digestion et prévention des cancers

  Posté par curcuma       Laisser un commentaire
[Total : 1    Moyenne : 1/5]

Le curcuma bio une épice également utilisée comme colorant alimentaire de couleur jaune orangé.

Riche en curcumine fortement anti-oxydante, ses propriétés thérapeutiques font l’objet de nombreuses études scientifiques : digestion, fonctionnement hépatique, douleurs inflammatoires comme celles causées par l’arthrite, santé cardio-vasculaire, prévention des cancers…

Colorant, épice et outil thérapeutique traditionnel
Le curcuma, Curcuma longa, est une plante herbacée de la famille des Zingibéracées, comme le gingembre. Son rhizome est utilisé depuis des millénaires, notamment en Inde, pour ses propriétés thérapeutiques, sa saveur et sa couleur orangée si caractéristique. Il est l’un des principaux ingrédients du fameux curry indien. Ainsi, le curcuma a longtemps été utilisé comme colorant alimentaire et textile avant l’arrivée des colorants de synthèse. Aujourd’hui encore, l’industrie alimentaire utilise la curcumine (l’un des principaux constituants du curcuma) comme colorant, sous le code E100.

Le curcuma : digestion et prévention des cancers
Le curcuma : digestion et prévention des cancers

Propriétés thérapeutiques du curcuma
L’utilisation traditionnelle du curcuma dans la médecine ayurvédique, comme anti-inflammatoire et soutien de la digestion, a intéressé les chercheurs : de nombreuses études et essais cliniques ont été réalisés autour du curcuma, et plus particulièrement de la curcumine. Ses principaux intérêts thérapeutiques sont les suivants :

Action anti-inflammatoire : douleurs articulaires, notamment liées à l’arthrite rhumatoïde, réduction des oedèmes post-opératoires, douleurs pré-menstruelles chez la femme, inflammations cutanées de type eczéma…
Sphère digestive : troubles hépatiques, dyspepsie (troubles digestifs se manifestant par des maux d’estomac, des nausées, une diminution de l’appétit, une sensation de surcharge digestive…), ulcères gastriques (par inhibition de la bactérie Helicobacter pylori)…
Système cardio-vasculaire : prévention de l’oxydation du LDL-cholestérol et possible réduction du taux de cholestérol total, permettant de supposer un effet protecteur du curcuma contre l’athérosclérose ;
Prévention des cancers grâce à l’action fortement anti-oxydante de la curcumine.
Cependant, pour avoir un effet thérapeutique, la curcumine doit être présente à des concentrations importantes, difficiles à obtenir ailleurs que dans le tube digestif. C’est donc dans le traitement des troubles digestifs que le curcuma semble être le plus efficace, du moins sous les formes galéniques (et aux concentrations) disponibles en phytothérapie.

Conseils de consommation
A noter que la curcumine est liposoluble et qu’elle est mieux assimilée par l’organisme si elle est accompagnée de matières grasses : curcuma utilisé dans les plats en sauces, capsules ou comprimés pris avec une huile végétale, ou encore dilution d’une cuillerée à café de curcuma dans un verre de lait (lait de vache ou lait de soja).

Enfin, si vous avez l’habitude d’utiliser du poivre en cuisine, surtout ne changez rien : le potentiel thérapeutique du curcuma est maximisé en cas de consommation simultanée de poivre noir !

Boutique Biologiquement.comCurcuma longa

  Posté par curcuma       Laisser un commentaire
[Total : 1    Moyenne : 1/5]

Le rhizome séché, entier ou fragmenté (le curcuma bio antioxydant naturel puissant).

Origine

Le curcuma est une plante herbacée arbustive, de la famille des Zingibéracées, originaire d’Asie tropicale, d’Afrique et des Antilles.
La drogue est importée de Chine, d’Inde ou encore d’Indonésie. Le rhizome porte une tige munie à sa base de grandes feuilles oblongues, aux nervures parallèles, entourées d’une gaine.
Les fleurs jaunes sont formées de 3 grands pétales et de 3 sépales soudés. Les rhizomes, de couleur gris brun, présentent des stigmates allongés provenant des feuilles.
La cassure est coloré en jaune orangé vif (présence de curcuminoïdes).

Curcuma longa
Curcuma longa

Le curcuma présente de multiples vertus :
– Il possède des propriétés cholagogues (augmentation de la sécrétion biliaire) liées à la présence des curcuminoïdes ce qui facilite la digestion et l’appétit. – Ces curcuminoïdes, à la coloration jaune orangée justifient aussi l’utilisation du rhizome de curcuma comme épice (c’est le constituant principal de la poudre de curry), réputée capable de stimuler l’appétit.
– Des propriétés anti-inflammatoires ( grace à l’inhibition de la cyclo-oxygénase et de la synthèse des prostaglandines), protectrices des cellules du foie (notamment vis-à-vis du tétrachlorure de carbone) ont été démontrées.
– Le pouvoir protecteur des curcuminoïdes possède également des effets anti-cancérigène, antibactérien et antiviral prouvés. – Un polysaccharide (uconane A) présent dans les rhizomes du curcuma possède en outre des propriétés stimulantes des défenses de l’organisme.

Sous forme d’infusion : l’infusion de rhizomes de curcuma est peu usuelle ; on lui préfère les préparations standardisées en curcuminoïdes. – La plante entre ainsi dans la composition de spécialités pharmaceutiques : Arkogélules Curcuma, Billérol, Choléodoron Weleda, Hépatoum…
Contre-indications

– Lithiase biliaire (c’est-à-dire obstruction des voies biliaires)
Effets indésirables

– Aucun à l’exception de celui cité en contre-indication
Le conseil de votre pharmacien Giphar

– Si le curcuma peut par son action stimuler l’appétit et renforcer nos défenses, il n’est pas inutile de lui donner un coup de pouce :

– Soignez l’alimentation : un manque d’appétit est souvent la conséquence du caractère répétitif de nos repas. Etonnez vos papilles et par la même occasion, apportez à l’organisme tous les éléments essentiels à son tonus.

– Prenez vos repas à heure fixe et faites un bon petit déjeuner le matin. Evitez de grignoter entre les repas.
– Pensez aux loisirs : notre mode de vie moderne, qui favorise le stress (bruit, pollution, transports en commun, conditions de travail) doit parfois céder la place à la détente. Essayez de bien séparer le travail et les loisirs, afin de recharger les batteries et de retrouver progressivement l’appétit et la forme.

– Le sommeil est également un pilier de notre forme : ne laissez pas la fatigue s’accumuler au fil des jours.

– Le fenugrec peut renforcer efficacement l’action du curcuma.

– En l’absence d’amélioration après 1 semaine de traitement, il est conseillé de consulter son médecin généraliste.