[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Vous avez peut-ĂȘtre dans votre cuisine un flacon de curcumabio antioxydant puissant que vous utilisez pour Ă©picer et aromatiser vos petits plats maison. Mais savez-vous qu’au-delĂ  de son utilisation culinaire le curcuma a de nombreuses vertus ?

Le curcuma est une plante herbacĂ©e qui est parfois appelĂ©e Safran des Indes. Le curcuma est originaire d’Asie et trĂšs cultivĂ© en Inde mais aussi en Chine, au Japon et en Birmanie. Afin de fabriquer l’épice que nous connaissons, le rhizome du curcuma est sĂ©chĂ© puis finement moulu. TrĂšs aromatique, le curcuma est une source de fer et de manganĂšse, deux Ă©lĂ©ments indispensables pour notre organisme.

Les bienfaits du curcuma sur la santé et les propriétés principales du curcuma

Les bienfaits du curcuma sur la santé et les propriétés principales du curcuma

Le principe actif du curcuma s’appelle la « curcumine » et serait 1000 fois mieux absorbĂ©e par l’organisme en prĂ©sence de poivre noir. Le curcuma a de nombreuses vertus, il est notamment :

Anti-inflammatoire
Anti-oxydant
Anti-coagulant
DĂ©toxifiant
Stimulant des défenses immunitaires
Pour quoi pouvons-nous utiliser le curcuma ?

Les troubles gastro-intestinaux

Le curcuma est anti-inflammatoire et permet donc de contribuer Ă  traiter les inflammations et les ulcĂšres Ă  l’estomac. De plus, le curcuma permet de protĂ©ger le foie d’agents toxiques et de soulager lors d’une crise de foie. La curcumine augmente la synthĂšse de bile par les cellules du foie ainsi que sa sĂ©crĂ©tion dans l’intestin lors des phases digestives. Le foie est ainsi stimulĂ© et la digestion est amĂ©liorĂ©e.

Les maladies liées au stress oxydatif

Le curcuma aurait un effet protecteur contre les maladies cardiovasculaires et la maladie d’Alzheimer grĂące Ă  son action anti-oxydante. Le curcuma permet en effet de lutter contre l’accumulation des protĂ©ines amyloĂŻdes qui sont responsables des dĂ©ficits cognitifs de la maladie d’Alzheimer.

Le curcuma, anti-cancéreux

Le curcuma prĂ©viendrait Ă©galement l’apparition de certains cancers dont le cancer du cĂŽlon. On constate que dans les pays oĂč le curcuma est largement consommĂ©, par exemple en Inde, le cancer du cĂŽlon est beaucoup moins rĂ©pandu qu’en Occident. Des Ă©tudes sont actuellement en cours pour prĂ©ciser le rĂŽle de la curcumine dans la prĂ©vention ou le traitement de cancers.

Bénéficier des vertus du curcuma au quotidien

Posologie : il est recommandĂ© de consommer jusqu’à 3 grammes de curcuma par jour.

Pour profiter des bienfaits du curcuma, vous pouvez l’utiliser quotidiennement dans la prĂ©paration vos plats. N’oubliez-pas qu’associĂ©e Ă  du poivre noir, la biodisponibilitĂ© de la curcumine est fortement augmentĂ©e. A noter que ses vertus sont plus importantes si le curcuma n’est pas cuit. Il est Ă©galement possible de consommer du curcuma en l’ajoutant Ă  du lait de soja ou Ă  une infusion. Pour une action plus prononcĂ©e, vous trouverez des gĂ©lules de curcuma dans des magasins diĂ©tĂ©tiques ou en pharmacie.

Quoi qu’il en soit, prĂ©fĂ©rez le curcuma bio au curcuma conventionnel.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le curcuma bio antioxydant naturel puissant  (Curcuma longa) est une plante herbacĂ©e rhizomateuse vivace du genre Curcuma de la famille des ZingibĂ©racĂ©es originaire du sud de l’Asie.

Parfois appelĂ©e « safran des Indes », son nom provient du sanskrit kunkuma, arabe ÙƒŰ±ÙƒÙ…, kourkoum, hĂ©breu Ś›ŚšŚ›Ö覝 “karkom”. Il est largement cultivĂ© en Inde mais aussi, Ă  un moindre degrĂ©, en Chine, Ă  TaĂŻwan, au Japon, en Birmanie, en IndonĂ©sie et en Afrique.
Il est connu en Occident depuis l’AntiquitĂ© et dĂ©crit par Dioscoride dans ses Materia Medica.

Curcuma bio - Alimentation - Pharmacopée

Curcuma bio – Alimentation – PharmacopĂ©e

Utilisation

Alimentation

On utilise le rhizome sĂ©chĂ© et rĂ©duit en poudre comme Ă©pice et il entre couramment dans les mĂ©langes d’Ă©pices de la cuisine indienne, en particulier le curry mais aussi le mukhavas (mĂ©lange indien de graines pris en fin de repas pour favoriser la digestion), le colombo antillais, le ras-el-hanout du Maghreb. Il est trĂšs utilisĂ© Ă©galement dans la cuisine rĂ©unionnaise. Pour prĂ©parer la poudre, il faut faire bouillir le rhizome, ĂŽter sa peau, le faire sĂ©cher au soleil, puis le rĂ©duire en poudre. Il a alors perdu les trois quarts de son poids. Sa saveur est poivrĂ©e et trĂšs aromatique. Le curcuma est aussi largement utilisĂ© dans les cuisines thaĂŻe et cambodgienne (oĂč il est appelĂ© ), dans la confection des currys, en particulier du cĂ©lĂšbre amok , mais aussi de divers condiments. Au Cambodge, il entre dans la composition de diverses boulettes, dont les boulettes de porc aux Ă©pices .

Colorant

Le curcuma Ă©tait aussi largement utilisĂ© comme teinture jaune orangĂ© – pour le costume safran des sĂądhus ou des moines bouddhistes par exemple – avant l’invention des teintures chimiques.
Il est Ă  l’origine du colorant alimentaire jaune industriel E100 (curcumine).

Pharmacopée

Le curcuma est utilisĂ© comme mĂ©dicament traditionnel pour le traitement des maladies de peaux, en particulier en Inde et dans l’Ăźle Maurice dans le traitement de la gale.
Il est utilisé depuis trÚs longtemps comme anti-inflammatoire par la médecine ayurvédique indienne.
Le cancer du cĂŽlon est statistiquement moins prĂ©sent dans les aires oĂč on le consomme rĂ©guliĂšrement. Le principe actif du curcuma, la curcumine, est l’objet de recherches actives. C’est un agent de chimioprĂ©vention efficace des cancers colorectaux chez les rongeurs (essais cliniques chez des volontaires en cours).
La curcumine pourrait Ă©galement aider Ă  stimuler les cellules du systĂšme immunitaire qui engloutissent les protĂ©ines du cerveau qui marquent la maladie d’Alzheimer.
L’activitĂ© thĂ©rapeutique du curcuma est dĂ©cuplĂ©e en prĂ©sence de poivre noir (pipĂ©rine). La biodisponibilitĂ© du curcuma est ainsi augmentĂ©e.
Le jus de curcuma obtenu Ă  partir des rhizomes frais, conserve les Phytonutriments fixes (curcumine , turmĂ©rine,… ) et volatils (l’huile essentielle prĂ©sente dans le jus de curcuma frais semble favoriser la biodisponibilitĂ© des curcumines dans l’organisme). Depuis des siĂšcles, l’utilisation traditionnelle du curcuma frais en Asie sud-est, lieu Ă  l’origine de la dĂ©couverte des bienfaits de curcuma n’a jamais fait l’objet de la consommation d’une seule molĂ©cule isolĂ©e (curcumine) mais de tout le rhizome. La turmĂ©rine, autre composant de l’Ă©pice, semble Ă©galement avoir des propriĂ©tĂ©s anti-oxydantes.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Curcuma : Nom latin
Curcuma longa
Curcuma : Nom(s) vulgaire(s)
Safran des Indes
Curcuma : Famille
Zingibéracées
Curcuma : Période de récolte

Curcuma : Propriétés

Le curcuma stimule la sĂ©crĂ©tion de la bile, donc la digestion. Ses bienfaits sont reconnus par l’OMS pour soigner la dyspepsie (maux d’estomac, nausĂ©es, perte d’appĂ©tit
). Par ailleurs, selon des Ă©tudes menĂ©es sur des animaux, il pourrait contrer la bactĂ©rie Helicobacter pylori, responsable d’ulcĂšres gastriques et duodĂ©naux. Enfin le rhizome de curcuma contient des curcuminoĂŻdes, des substances antioxydantes et anti-inflammatoires, ce qui lui confĂšrerait des effets anticancer. Des donnĂ©es Ă©pidĂ©miologiques ont d’ailleurs soulignĂ© que la prĂ©valence de plusieurs cancers (cĂŽlon, sein, prostate, poumon) Ă©tait moindre en Asie, continent oĂč l’on consomme beaucoup de curcuma.
Curcuma : Etudes scientifiques

(1) Antimicrobial activity of curcumin against Indian Helicobacter pylori and also during mice infection. De R, Kundu P, etal. Antimicrob Agents Chemother. 2009 Feb 9.
(2) Curcuma longa extract protects against gastric ulcers by blocking H2 histamine receptors. Kim DC, Kim SH, etal. Biol Pharm Bull. 2005 Dec;28(12):2220-4. Texte intégral: www.jstage.jst.go.jp
(3) Chauhan DP. Chemotherapeutic potential of curcumin for colorectal cancer.Curr Pharm Des 2002;8(19):1695-706.
(4) Anticancer and carcinogenic properties of curcumin: considerations for its clinical development as a cancer chemopreventive and chemotherapeutic agent. LĂłpez-LĂĄzaro M. Mol Nutr Food Res. 2008 Jun.

Curcuma bio antioxydant puissant

Curcuma bio antioxydant puissant

Curcuma : Histoire

Originaire du sud-est asiatique et d’Inde, le curcuma est utilisĂ© depuis longtemps pour soigner les problĂšmes hĂ©patiques, dont la jaunisse. Il est aujourd’hui cultivĂ© dans toute l’Asie, en Afrique tropicale et aux Antilles. C’est toujours la plante phare de la mĂ©decine traditionnelle ayurvĂ©dique (Inde) qui l’utilise notamment comme anti-inflammatoire.

Curcuma : Comment la reconnaĂźtre?

Le curcuma possĂšde de longues feuilles pointues qui trouvent leur base Ă  mĂȘme la terre. Au centre des feuilles se trouvent ses fleurs blanches et roses qui forment une sorte d’épi. Le curcuma possĂšde un rhizome, une tige souterraine qui pousse quasiment Ă  l’horizontale.

Curcuma : Parties utilisées

Le rhizome

Curcuma : Posologie

En usage interne
Contre les troubles de la digestion
Infusion : 0,5 Ă  1g de poudre de rhizome dans 150ml d’eau bouillante durant 5 Ă  10 min. Filtrer. Boire 2 Ă  4 tasses par jour, de prĂ©fĂ©rence pendant les repas, jusqu’à amĂ©lioration des symptĂŽmes.
Ou
Teinture-mĂšre : Verser 35 gouttes dans un verre d’eau. A boire aprĂšs chaque repas, jusqu’à amĂ©lioration des symptĂŽmes.
En cas de persistance des symptÎmes, consultez un médecin.

Curcuma : PrĂ©cautions d’emploi

Le curcuma est contre-indiquĂ© en cas d’obstruction des voies biliaires et d’allergie Ă  la plante. MĂȘme chose pour les femmes enceintes, allaitantes et chez les personnes de moins de 18 ans (hors usage alimentaire). Il est dĂ©conseillĂ© Ă  doses Ă©levĂ©e en cas d’ulcĂšre de l’estomac ou du duodĂ©num car il peut augmenter l’irritation. Demandez l’avis d’un mĂ©decin ou d’un pharmacien avant toute prise.

Attention : Les plantes ne sont pas des remÚdes anodins. Ne jamais dépasser les doses indiquées.


[Total : 1    Moyenne : 3/5]

Le curcuma bio antioxydant puissant épice pour le goût et la santé.

Noms communs : Curcuma
Nom botanique : Curcuma longa, C. domestica, C. aromatica, famille des zingibéracées (comme le gingembre).
Partie utilisée : Rhizome (partie souterraine noueuse et branchue, improprement nommée racine).
Habitat et origine : Originaire de l’Inde, cette plante vivace tropicale pousse Ă©galement en Chine. On la cultive de nos jours sous tous les climats tropicaux.

Proche du gingembre, cette épice superbe, orange et veloutée, au parfum subtil, légÚrement terreux, est trÚs utilisée en Ayur-Véda. Ses propriétés se révÚlent peu à peu au regard de la science moderne, qui découvre enfin ses bienfaits !

Le curcuma bio épice pour le goût et la santé

Le curcuma bio épice pour le goût et la santé

En sanscrit, le curcuma se nomme Haridra

Digestif et carminatif, le curcuma contribue Ă  une bonne digestion, assimilation et Ă©limination.

Le curcuma stimule la réponse immunitaire des cellules grùce à son effet détoxifiant. Il active la circulation et apaise les douleurs menstruelles.

On remarque que les populations qui utilisent le curcuma réguliÚrement dans leur alimentation sont moins sujets aux maladies cardio-vasculaires (la cause premiÚre des décÚs dans nos pays industrialisés).

Les principes actifs du curcuma, les curcuminoïdes sont des antioxydants trÚs puissants, ce qui explique un certain nombre des indications médicinales traditionnelles de cette plante, notamment pour le traitement de divers troubles inflammatoires : soulagement des douleurs arthritiques, rhumatismales ou menstruelles, traitement de diverses inflammations cutanées ou ophtalmologiques, etc.

Quelques conseils pratiques
Utiliser le curcuma réguliÚrement dans la préparation des plats (le dahl, ou soupe de lentilles, les légumes).

Le mélange curcuma, sel de roche et poivre noir saisi dans du ghß (beurre clarifié) est une nourriture stimulante et enrichissante pour les cellules nerveuses et le cerveau tout particuliÚrement.

Une pincée de curcuma dans un verre de lait chaud est un excellent remÚde contre la toux, et une bonne prévention aussi.

PrĂ©parer une dĂ©coction ou une infusion Ă  raison d’une cuillerĂ©e Ă  thĂ© de poudre de curcuma pour une grosses tasse d’eau, cuire quelques minutes, ou simplement infuser dans de l’eau bouillante durant une dizaine de minutes. Boire une ou deux tasses par jour.

Il existe aussi dans le commerce des teintures de curcuma, Ă  prendre en gouttes dans de l’eau, Ă  consommer rĂ©guliĂšrement. Stimule les fonctions hĂ©patiques.

Une pùte de poudre de curcuma et de ghß appliquée immédiatement sur une brûlure ou une blessure soulage et facilite la guérison et la cicatrisation.

Le curcuma est aussi efficace pour :
PrĂ©venir ou combattre le cancer, traiter les ulcĂšres gastriques, rĂ©duire l’inflammation.

Traiter les troubles digestifs.

Traiter les ulcĂšres gastriques, soulager l’arthrite rhumatoĂŻde, les troubles menstruels.

En usage externe – Traiter les maladies de la peau.

Recherches
La Commission E et l’Organisation mondiale de la SantĂ© reconnaissent l’efficacitĂ© des rhizomes du curcuma pour traiter la dyspepsie, c’est-Ă  dire des troubles digestifs comme les maux d’estomac, les nausĂ©es, la perte d’appĂ©tit ou les sensations de surcharge.

Au cours d’un essai Ă  double insu sur 116 sujets souffrant de dyspepsie, le curcuma a Ă©tĂ© nettement plus efficace qu’un placebo pour soulager les symptĂŽmes des participants1. La tradition europĂ©enne veut que la dyspepsie soit souvent causĂ©e par un dysfonctionnement biliaire. Le curcuma pourrait Ă©galement agir sur ce plan, selon les rĂ©sultats d’un essai clinique avec placebo menĂ© auprĂšs de 76 sujets souffrant de coliques biliaires traitĂ©s avec une prĂ©paration de chĂ©lidoine et de curcuma.

Des Ă©tudes in vitro et sur des animaux indiquent que le curcuma aurait des effets protecteurs sur la muqueuse gastrique, ce qui tend Ă  confirmer cet usage traditionnel. Au cours d’une Ă©tude sans placebo, des chercheurs ont observĂ© une rĂ©gression complĂšte des ulcĂšres d’estomac chez 75 % des 25 sujets aprĂšs la consommation de 3 g de curcuma par jour durant 12 semaines.

Plusieurs essais prĂ©liminaires ont tentĂ© d’évaluer l’efficacitĂ© du curcuma (seul ou en combinaison avec d’autres substances) pour soulager l’inflammation, avec des rĂ©sultats souvent prometteurs. Par exemple, au cours d’un essai comparatif croisĂ© publiĂ© en 1980 et portant sur 18 sujets souffrant d’arthrite rhumatoĂŻde, la prise de 1 200 mg de curcumine par jour durant deux semaines a rĂ©duit les symptĂŽmes des participants (par exemple les raideurs matinales). En 1986, au cours d’un essai clinique sur 45 sujets, la curcumine (1 200 mg par jour) a Ă©tĂ© aussi efficace que la phĂ©nylbutazone pour soulager les douleurs postopĂ©ratoires.

Par ailleurs, des chercheurs indiens se sont intĂ©ressĂ©s aux effets thĂ©rapeutiques de la curcumine sur l’inflammation oculaire.

Les donnĂ©es d’Ă©tudes Ă©pidĂ©miologiques indiquent que la prĂ©valence du cancer du cĂŽlon est nettement moins Ă©levĂ©e dans les pays asiatiques oĂč l’on consomme beaucoup de curcuma. Des dizaines d’études in vitro et sur des animaux dĂ©montrent que la curcumine possĂšde une activitĂ© anticancĂ©reuse (cĂŽlon, estomac, bouche, peau, sein, prostate, leucĂ©mie), bien qu’on n’en connaisse pas encore tous les mĂ©canismes. En inhibant la production de cytokines (molĂ©cules Ă  l’origine du processus inflammatoire), la curcumine pourrait possiblement freiner la croissance des tumeurs cancĂ©reuses9.

Un essai prĂ©liminaire (16 sujets) laisse penser que la consommation de curcuma pourrait ĂȘtre associĂ©e Ă  une baisse de production des mutagĂšnes (risque de cancer) chez les fumeurs. Diverses autres Ă©tudes prĂ©liminaires (observations cliniques, essais de petite envergure) soutiennent l’hypothĂšse d’un effet protecteur, voire curatif, du curcuma contre le cancer, notamment le cancer colorectal (Ă  raison de 3,6 g de curcumine par jour).

Le curcuma pourrait également se révéler utile dans le traitement des lésions cutanées cancéreuses11 et des brûlures causées par la radiothérapie18,19. Un essai a été mené sur 25 sujets souffrant de diverses lésions précancéreuses et cancéreuses. Les résultats sont prometteurs au chapitre du potentiel anticancéreux de la curcumine.

Maladie d’Alzheimer. Des observations in vitro et in vivo indiquent que certains composĂ©s du curcuma, dont la curcumine, pourraient contrer la maladie d’Alzheimer27-29. Des Ă©tudes cliniques sont prĂ©sentement en cours.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le curcuma bio antioxydant naturel puissant (Curcuma longa) est un rhizome jaunĂątre de l’Inde et l’Asie du Sud.

Traditionnellement, elle est utilisĂ©e depuis des centaines d’annĂ©es comme Ă©pice et colorant et en tant que substance naturelle dans la mĂ©decine ayurvĂ©dique, utilisĂ©e dans les cas d’inflammation, la cicatrisation des plaies et des troubles digestifs.

Ces derniÚres années, elle a publié de nombreux ouvrages scientifiques sur la curcumine et sa popularité auprÚs des professionnels a considérablement augmenté. Ci-aprÚs un bref examen de certains de ses effets les plus frappants physique.

Curcuma biologique. Propriétés

Curcuma biologique. Propriétés

Moderne utilise du curcuma

Il ya plus de 1500 références sur les effets biologiques de la curcumine en phytothérapie moderne. Beaucoup de ces effets sont liés à leurs composés pour une plus grande activité biologique, la curcumine.

Les effets anti-inflammatoires de curcuma

Les premiĂšres Ă©tudes sur ses effets anti-inflammatoires ont Ă©tĂ© Ă©tudiĂ©s dans le dĂ©but des annĂ©es 70, concernant un grand nombre des effets caractĂ©ristiques de la curcumine et curcumine avec sa capacitĂ© Ă  rĂ©duire l’inflammation. Particulier, il est prouvĂ© que le curcumin rĂ©duit la quantitĂ© de composĂ©s inflammatoires comme la lipoxygĂ©nase, du facteur nuclĂ©aire Kappa B (NF-kB), l’oxyde nitrique, la cyclo-oxygĂ©nase-2 (COX-2), le facteur de nĂ©crose tumorale (TNF-α), la prostaglandine 2 (PGE2) et l’interleukine-1 (IL-1).

Effets sur les articulations

Les effets de la curcumine mixte sur la santĂ© est liĂ©e Ă  sa puissante activitĂ© anti-inflammatoire. Il a d’abord Ă©tĂ© observĂ© en 1980 et de nombreuses Ă©tudes ont puisĂ© dans l’enquĂȘte sur cette action. Une Ă©tude rĂ©alisĂ©e par l’UniversitĂ© de l’Arizona a publiĂ© en 2006 a montrĂ© qu’un extrait de curcuma inhibe l’inflammation et la destruction des articulations.

Effets sur le systĂšme digestif de curcuma

Encore une fois, bon nombre des effets de la curcumine sur le systĂšme digestif est liĂ© Ă  leurs vertus anti-inflammatoires. Une Ă©tude rĂ©alisĂ©e par l’UniversitĂ© de Reading en 2004 a montrĂ© sa capacitĂ© Ă  rĂ©duire la douleur ou les malaises et autres symptĂŽmes associĂ©s au syndrome du cĂŽlon irritable. Une autre Ă©tude menĂ©e en Chine a rĂ©vĂ©lĂ© que l’utilisation du curcuma dans les ulcĂšres colite rĂ©duite et avait plus superficiel, l’amĂ©lioration de la reprise de poids corporel, l’amĂ©lioration des niveaux de composĂ©s anti-inflammatoires et une diminution de l’expression de composĂ©s pro-inflammatoires. A double-blind placebo-contrĂŽlĂ©e a confirmĂ© que le curcumin est une substance sĂ»re et prometteuse pour la colite ulcĂ©reuse.

Curcumine a également été utilisé dans le traitement de la dyspepsie, un symptÎme fréquent de la maladie de la vésicule biliaire. Il est également considéré comme cholérétique, en augmentant la production et des flux de bile.

Autres effets de la curcumine

Les preuves indiquent que le curcuma a une activité anti-oxydant puissant, car il réagit avec le glutathion et de mai ont un effet sur la superoxyde dismutase (SOD) et glutathion peroxydase.

L’Ă©tude suggĂšre que le curcuma mai inhiber la peroxydation lipidique et rĂ©duire plasmĂĄsticos taux de cholestĂ©rol, de phospholipides et de triglycĂ©rides. Cet effet pourrait ĂȘtre potentiellement utile pour les personnes avec un cholestĂ©rol Ă©levĂ© et risque de maladie cardiaque. Une Ă©tude a Ă©galement montrĂ© que la curcumine inhibe l’agrĂ©gation plaquettaire, l’amĂ©lioration de la circulation et la santĂ© cardiaque.

Certaines Ă©tudes montrent aussi des avantages pour la santĂ© du foie, ce qui rĂ©duit les dommages du foie causĂ©e par des toxines extĂ©rieures. Une Ă©tude en Inde a montrĂ© que le curcuma inversĂ©e changements foie gras tels que les altĂ©rations et la nĂ©crose provoquĂ©e par l’aflatoxine.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le curcuma bio antioxydant, l’épice anti-cancer Ă  l’étude en laboratoire

Passées les essais en laboratoires sur des souris, les premiÚres études, encore en cours depuis 2007, sur des hommes en hÎpital ont déjà donné des résultats encourageants. Des propriétés antioxydantes, anti-cancer et anti-cholestérol
focus sur cet épice à la saveur poivrée !

Article publié le 12 mars 2009
PAR Christine Briquet |

Le curcuma contient plus d’une douzaine de composĂ©s phĂ©noliques qui produisent diffĂ©rents effets bĂ©nĂ©fiques pour la santĂ©. Ils fonctionnent comme de puissants antioxydants et l’un d’entre eux, la curcumine, a d’importantes propriĂ©tĂ©s anticancĂ©reuses.

Le curcuma bio, l’épice anti-cancer Ă  l’étude en laboratoire

Le curcuma bio, l’épice anti-cancer Ă  l’étude en laboratoire

Antioxydants

UtilisĂ© comme Ă©pice et colorant dans les prĂ©parations alimentaires, le curcuma (Curcuma longa) ou safran des Indes ou safran bourbon est le rhizome d’une plante herbacĂ©e vivace originaire du sud de l’Asie, de la mĂȘme famille que le gingembre. Il est largement cultivĂ© en Inde, mais aussi dans d’autres pays comme la Chine, Taiwan, le Japon, la Birmanie, l’IndonĂ©sie et l’Afrique.
Pour prĂ©parer la poudre, il faut faire bouillir le rhizome, ĂŽter sa peau, le faire sĂ©cher au soleil, puis le rĂ©duire en poudre comme Ă©pice. Il entre couramment dans les mĂ©langes d’épices de la cuisine indienne, en particulier le cari ou curry auquel il donne sa couleur jaune brillante
 Sa saveur est poivrĂ©e et amĂšre.
Le curcuma est utilisĂ© depuis de longues annĂ©es en mĂ©decine traditionnelle, notamment en Inde, pour traiter toute une variĂ©tĂ© d’indispositions : problĂšmes gastro-intestinaux, inflammation, maux de tĂȘte, infections et rhumes.
D’aprĂšs une Ă©tude, le curcuma se situe au 5e rang parmi plus de 1 000 aliments quant Ă  son contenu en antioxydants. Comme une portion usuelle de curcuma se situe plutĂŽt autour de 2 g (5 ml), il contribue tout de mĂȘme moins que d’autres aliments Ă  notre apport quotidien en antioxydants. Pour un bilan nutritionnel et l’évaluation de votre apport en antioxydant

La curcumine aide à prévenir la croissance des tumeurs

Dans son livre Anticancer, le Dr David Servan-Schreiber, fait grand cas du curcuma pour ses fonctions antioxydantes et anti-inflammatoires.
Il semble y avoir un lien entre la consommation Ă©levĂ©e de curcuma et la faible incidence de certains cancers en Inde et dans d’autres pays asiatiques, endroits oĂč l’on en consomme beaucoup. Certains auteurs supposent que la consommation de 1 c. Ă  thĂ© (5 ml) de curcuma par jour fournirait la quantitĂ© de curcumine nĂ©cessaire pour un effet prĂ©ventif.
Le « Journal of National Institut of Cancer » a publiĂ© un article le 29 avril 2008 retraçant l’ensemble des recherches effectuĂ©es sur les vertus du curcuma. La plus importante de ses qualitĂ©s est sa capacitĂ© antioxydante de neutraliser les radicaux libres. L’effet protecteur de la curcumine contre les dommages radicalaires sur les lipides de l’ADN peut servir de mĂ©canisme significatif pour aider Ă  rĂ©duire le risque de cancer chez certains individus.
Un certain nombre de donnĂ©es montrent que la curcumine pourrait inhiber l’incidence et la progression de tumeurs du sein. Dans une expĂ©rience, 54 rats ont Ă©tĂ© soumis Ă  des radiations pour induire le dĂ©veloppement d’un cancer. Un groupe d’animaux a reçu ensuite de la curcumine alors que l’autre groupe ne recevait rien. Les rĂ©sultats ont montrĂ© une incidence de tumeurs mammaires beaucoup plus faible (18,5%) chez les animaux supplĂ©mentĂ©s que dans le groupe tĂ©moin (70,3%). De plus, le dĂ©veloppement de la tumeur Ă©tait retardĂ©e de six mois dans le groupe ayant reçu de la curcumine.
Mais les effets anti-cancer de la curcumine ne sont pas limitĂ©s au cancer du sein. Dans deux Ă©tudes rĂ©centes, des chercheurs de l’UniversitĂ© Columbia de New York ont examinĂ© les qualitĂ©s thĂ©rapeutiques potentielles de la curcumine contre le cancer de la prostate. C’est aussi un agent de chimioprĂ©vention efficace des cancers colorectaux chez les rongeurs (des essais cliniques chez des volontaires sont en cours)

Troubles gastro-intestinaux

Le curcuma est traditionnellement utilisĂ© pour traiter des troubles gastro-intestinaux, tels l’inflammation et les ulcĂšres d’estomac. Selon des Ă©tudes, la consommation quotidienne de 3 g de curcuma pendant 12 semaines s’est soldĂ©e en une rĂ©gression complĂšte des ulcĂšres d’estomac chez 75 % des sujets.

La curcumine abaisse les niveaux de cholestérol

Quelques Ă©tudes ont dĂ©montrĂ© l’efficacitĂ© d’un extrait de curcuma dans la prĂ©vention de l’oxydation des LDL, le mauvais cholestĂ©rol. Ces rĂ©sultats laissent prĂ©sager que le curcuma peut prĂ©venir l’apparition d’athĂ©rosclĂ©rose et d’autres facteurs de risque de maladies cardiovasculaires.
Ainsi, les taux de cholestĂ©rols d’animaux nourris avec de petites doses de curcumine ont chutĂ© de 50% par rapport Ă  ceux d’animaux n’ayant pas reçu de curcumine. Le nutriment rĂ©duit les niveaux de cholestĂ©rol en interfĂ©rant sur son absorption intestinale en augmentant l’excrĂ©tion des acides biliaires. En 1992, une Ă©tude indienne a montrĂ© que chez 10 volontaires prenant de la curcumine, les niveaux bĂ©nĂ©fiques de HDL ont augmentĂ© de 29% en seulement sept jours. Dans le mĂȘme temps, le cholestĂ©rol total diminuait de 11,6% et la peroxydation lipidique Ă©tait rĂ©duite de 33%.

Maladie d’Alzheimer, des constats mais pas d’étude scientifique

La maladie d’Alzheimer est moins rĂ©pandue dans certaines populations de l’Inde, comparativement Ă  d’autres pays. Une des raisons invoquĂ©es pour expliquer cette observation Ă©tait la consommation Ă©levĂ©e de curcuma en Inde, mais cette explication n’est toujours pas appuyĂ©e par des donnĂ©es scientifiques. La curcumine pourrait Ă©galement aider Ă  stimuler les cellules du systĂšme immunitaire qui engloutissent les protĂ©ines du cerveau qui marquent la maladie d’Alzheimer

Précautions

La consommation de grandes quantitĂ©s de curcuma avec la prise de mĂ©dicaments pour le sang (telle l’aspirine) pourrait avoir un effet anticoagulant additionnel et augmenter les risques de saignement. En cas de maladie dĂ©clarĂ©e, ces conseils ne se substituent aucunement Ă  votre traitement mĂ©dical mais apporte un accompagnement Ă  mettre en place avec le soutien de vos mĂ©decins.

Curcuma et poivre, le duo gagnant

Le rhizome frais est plus savoureux que la poudre, mais on le trouve difficilement en Occident. Le curcuma est de plus en plus irradiĂ©, le mieux est donc de s’en procurer en culture biologique dans les magasins de produits naturels. Enfin, l’association de curcuma et de pipĂ©rine, l’une des molĂ©cules active prĂ©sente dans le poivre noir, augmente l’absorption du curcuma de 154%. Lorsque le poivre est absorbĂ© Ă  hauteur de 20mg par kilogramme de poids, la biodisponibilitĂ© du curcuma augmente alors de 2000%.


[Total : 1    Moyenne : 2/5]

Le curcuma bio antioxydant naturel a un aspect aussi dorĂ© que celui de l’or. Ces 2 Ă©lĂ©ments, au-delĂ  de leur couleur, sont apprĂ©ciĂ©s pour leurs multiples vertus et leur apport bĂ©nĂ©fique Ă  l’humanitĂ©.

Le curcuma est particuliĂšrement connu pour ses propriĂ©tĂ©s mĂ©dicinales. Ainsi, lorsqu’on le mĂ©lange au lait, il prend la forme d’une crĂšme homogĂšne utilisĂ©e pour Ă©claircir le teint de la peau. Lorsqu’il est appliquĂ© sur des plaies, il joue le rĂŽle de dĂ©sinfectant et d’analgĂ©sique.

Les bienfaits du curcuma bio

Les bienfaits du curcuma bio

Les propriétés médicinales du curcuma
Cette Ă©pice est utilisĂ©e dans des pays comme l’Inde depuis des siĂšcles et son utilisation perdure. De nombreux mĂ©nages la consomment quotidiennement sous la forme du “Haldi”. Dans les mets cuisinĂ©s, ce produit se saupoudre sur les lĂ©gumes tels que le chou-fleur. Il donne une coloration jaunĂątre agrĂ©able aux yeux. C’est tout rĂ©cemment que des Ă©tudes ont rĂ©vĂ©lĂ© que la combinaison curcuma – chou-fleur permettait de prĂ©venir efficacement la formation du cancer de la prostate chez l’homme!

Le curcuma contre le cancer du sein, la leucĂ©mie et la maladie d’Alzheimer
Une autre Ă©tude a Ă©tabli que la consommation de curcuma permettait de prĂ©venir la formation du cancer du sein en empĂȘchant que les poumons soient atteints. Les personnes affectĂ©es par des problĂšmes de foie devraient Ă©galement consommer ce produit pour son pouvoir purificateur.

Dans une rĂ©vĂ©lation fracassante, des scientifiques ont annoncĂ© avoir dĂ©couvert que le curcuma prĂ©venait la leucĂ©mie chez les enfants et, mieux encore, elle empĂȘcherait le dĂ©veloppement de la maladie d’Alzheimer. Le curcuma agit en bloquant la formation de la plaque amyloĂŻde Ă  l’intĂ©rieur du cerveau.

Le curcuma comme antihistaminique
Vous avez un rhume et la poitrine encombrĂ©e? Faites bouillir du lait avec du curcuma et du beurre fondu (comme sous le nom de “ghee” en Inde), buvez ensuite ce breuvage amer 2 fois par jour. AprĂšs 3 jours, vous serez soulagĂ© et n’aurez pas Ă  supporter les effets secondaires associĂ©s aux mĂ©dicaments classiques.

Le curcuma pour perdre du poids
Des analyses sont en cours sur les extraits du curcuma et son utilisation pour perdre du poids ou le contrĂŽler. Par ailleurs, il convient de noter que le curcuma est utilisĂ© en Chine pour traiter la dĂ©pression. Il comporte Ă©galement des propriĂ©tĂ©s anti-inflammatoires, ce qui explique pourquoi il est recommandĂ© pour le traitement de l’arthrite, de la polyarthrite rhumatoĂŻde et de certains problĂšmes de peau comme le psoriasis.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le curcuma bio antioxydant naturel puissant contient plus d’une douzaine de composĂ©s phĂ©noliques appelĂ©s curcuminoĂŻdes qui produisent diffĂ©rents effets bĂ©nĂ©fiques pour la santĂ©.

Ils fonctionnent comme de puissants antioxydants, une propriĂ©tĂ© significative Ă  la lumiĂšre des nouvelles recherches suggĂ©rant que l’un d’entre eux, la curcumine, a d’importantes propriĂ©tĂ©s anticancĂ©reuses. Le curcuma ou safran des Indes ou safran bourbon, en latin Curcuma longa est le rhizome d’une plante herbacĂ©e de la mĂȘme famille que le gingembre. Extraite du rhizome de la plante, la poudre de curcuma a longtemps Ă©tĂ© utilisĂ©e en Asie du sud-est pour renforcer la saveur des aliments et les conserver. Elle a une saveur poivrĂ©e et amĂšre. On la connaĂźt surtout pour sa couleur jaune brillante et elle est souvent utilisĂ©e pour remplacer le safran. Elle donne leur couleur jaune au curry et Ă  la moutarde. Le curcuma est utilisĂ© depuis de longues annĂ©es en mĂ©decine traditionnelle, notamment en Inde, pour traiter toute une variĂ©tĂ© d’indispositions incluant problĂšmes gastro-intestinaux, inflammation, maux de tĂȘte, infections et rhumes. Le curcuma est dĂ©jĂ  mentionnĂ© dans un herbier assyrien datant d’environ 600 ans avant JĂ©sus-Christ. Il est Ă©galement citĂ© dans le traitĂ© du cĂ©lĂšbre mĂ©decin grec Dioscoride «Sur la matiĂšre mĂ©dicale».

Un puissant antioxydant

La curcumine, extraite du curcuma, est un puissant antioxydant qui apporte une protection efficace contre les lĂ©sions occasionnĂ©es par les radicaux libres. En 1995, des travaux scientifiques ont montrĂ© qu’une alimentation contenant de la curcumine diminuait le stress oxydatif. Des chercheurs indiens ont montrĂ© que la curcumine inhibe la peroxydation lipidique et neutralise les radicaux superoxyde et hydroxyle. Deux autres Ă©tudes ont Ă©tĂ© publiĂ©es en 2000. Dans la premiĂšre, les chercheurs ont montrĂ© qu’un contact prolongĂ© des cellules endothĂ©liales d’une aorte de bovin avec de la cucurmine renforçait la rĂ©sistance cellulaire aux lĂ©sions oxydatives. Dans une investigation sĂ©parĂ©e, les chercheurs ont dĂ©couvert que la cucurmine diminuait le stress oxydatif induit dans le foie de souris par du trichlorĂ©thylĂšne. Ils en ont conclu que les effets bĂ©nĂ©fiques de la cucurmine semblaient dĂ©river de sa capacitĂ© Ă  freiner l’augmentation des niveaux cellulaires de peroxisome, un composant associĂ© Ă  l’utilisation de l’oxygĂšne par les cellules.

Le curcuma puissant antioxydant

Le curcuma puissant antioxydant

La curcumine abaisse les niveaux de cholestérol

L’oxydation des LDL, le «mauvais» cholestĂ©rol, joue un rĂŽle important dans le dĂ©veloppement de l’athĂ©rosclĂ©rose. Depuis quelques annĂ©es, les capacitĂ©s de la curcumine Ă  diminuer les niveaux de cholestĂ©rol sont largement Ă©tudiĂ©es.

Ainsi, les taux de cholestĂ©rols d’animaux nourris avec de petites doses de curcumine ont chutĂ© de 50% par rapport Ă  ceux d’animaux n’ayant pas reçu de curcumine. Le nutriment rĂ©duit les niveaux de cholestĂ©rol en interfĂ©rant sur son absorption intestinale en augmentant l’excrĂ©tion des acides biliaires. En 1992, une Ă©tude indienne a montrĂ© que chez 10 volontaires prenant de la curcumine, les niveaux bĂ©nĂ©fiques de HDL ont augmentĂ© de 29% en seulement sept jours. Dans le mĂȘme temps, le cholestĂ©rol total diminuait de 11,6% et la peroxydation lipidique Ă©tait rĂ©duite de 33%.
En janvier 1997, le Journal of Molecular Cell Biochemistry rapporte que la curcumine a dĂ©montrĂ© in vivo sa capacitĂ© Ă  diminuer les taux de cholestĂ©rol total et de LDL cholestĂ©rol ainsi qu’Ă  augmenter le taux de LDL cholestĂ©rol dans le sĂ©rum. Les recherches se sont poursuivies et la capacitĂ© de la curcumine Ă  diminuer les taux de cholestĂ©rol sanguin a Ă©tĂ© soulignĂ©e dans le numĂ©ro d’avril 1998 de Molecular Cell Biochemistry. Un an plus tard, des chercheurs rapportent que l’extrait de curcuma peut exercer un effet protecteur dans la prĂ©vention de la lipoperoxydation des membranes sub-cellulaires.
En Espagne, des mĂ©decins ont donnĂ© Ă  18 lapins une alimentation riche en cholestĂ©rol pour induire une athĂ©rosclĂ©rose. Ils les ont ensuite divisĂ©s en trois groupes : le premier a reçu 1,66 mg de curcumine par kilo de poids, le second 3,2 mg et le troisiĂšme a servi de groupe tĂ©moin. AprĂšs 7 semaines, les chercheurs ont constatĂ© que dans le groupe nourri avec la dose la plus faible de curcumine, la sensibilitĂ© des LDL Ă  l’oxydation avait diminuĂ© et les deux groupes supplĂ©mentĂ©s avaient de plus faibles niveaux de cholestĂ©ro.

Curcumine et patients Ă  haut risque de cancer

A Taiwan, des mĂ©decins ont rĂ©cemment obtenu des rĂ©sultats prometteurs dans la premiĂšre Ă©tude clinique dĂ©finie pour examiner les effets d’une supplĂ©mentation en curcumine chez des patients Ă  haut risque de cancer. SĂ©lectionnĂ©s sur la base d’histologies de tissus (analyses microscopiques de la structure des tissus), tous les patients Ă©taient malades ou dans un Ă©tat indiquant qu’ils Ă©taient susceptibles de dĂ©velopper un cancer.

Ce groupe incluait des patients ayant des croissances tissulaires prĂ©-malignes ou d’autres situations Ă  haut risque telles qu’une structure anormale des tissus de l’intestin, de l’estomac, de la cavitĂ© buccale, de la vessie, de l’utĂ©rus ou de la peau.

Cette étude, qui a duré trois ans, a enrÎlé 25 patients (13 hommes et 12 femmes) ùgés de 36 à 77 ans. Tous ont reçu un traitement avec de la curcumine pendant trois mois à des doses différentes. Ils ont été divisés en cinq groupes recevant quotidiennement les doses suivantes : 500 mg (six patients), 1000mg (six patients), 2000 mg (quatre patients) et 8000 mg (trois patients).

Cette Ă©tude a fourni diffĂ©rents rĂ©sultats importants. D’abord, toutes les doses utilisĂ©es se sont rĂ©vĂ©lĂ©es sans toxicitĂ© pour les participants signifiant que des doses aussi Ă©levĂ©es que 8000 mg quotidiens pendant trois mois Ă©taient bien tolĂ©rĂ©es par des individus Ă  haut risque. DeuxiĂšmement, l’Ă©tude a dĂ©montrĂ© que la curcumine a un effet chimioprotecteur contre le cancer de l’homme. A titre d’exemple, des amĂ©liorations histologiques ont Ă©tĂ© observĂ©es chez sept des vingt-cinq participants (28%) aprĂšs la pĂ©riode des trois mois de traitement. Enfin, aucune diffĂ©rence entre les bĂ©nĂ©fices apportĂ©s par les diffĂ©rentes doses n’est apparue. 500 mg semblaient donner des rĂ©sultats identiques Ă  4000 mg. Curieusement, avec la dose la plus Ă©levĂ©e, 8000 mg, aucune amĂ©lioration n’a Ă©tĂ© observĂ©e chez les patients. Ces rĂ©sultats semblent suggĂ©rer qu’une dose trop Ă©levĂ©e de curcumine n’agit pas ou qu’il y avait trop peu de patients (seulement trois ont reçu cette dose) pour constituer un Ă©chantillon statistiquement significatif.

Ces rĂ©sultats sont prometteurs et les chercheurs estiment que de plus vastes Ă©tudes sont nĂ©cessaires pour confirmer l’effet thĂ©rapeutique de la curcumine sur des lĂ©sions tissulaires spĂ©cifiques.

La curcumine aide à prévenir la croissance des tumeurs

Selon de rĂ©cents travaux de recherches, la curcumine possĂšde diffĂ©rentes qualitĂ©s pouvant en faire un agent anticancĂ©reux important. La plus importante de ces qualitĂ©s est sa capacitĂ© antioxydante de neutraliser les radicaux libres. Les radicaux libres peuvent lĂ©ser diffĂ©rents composants des cellules y compris l’ADN. L’effet protecteur de la curcumine contre les dommages radicalaires sur les lipides de l’ADN peuvent servir de mĂ©canisme significatif pour aider Ă  rĂ©duire le risque de cancer chez certains individus.

Un certain nombre de donnĂ©es montrent que la curcumine pourrait inhiber l’incidence et la progression de tumeurs du sein. Dans une expĂ©rience, 54 rats ont Ă©tĂ© soumis Ă  des radiations pour induire le dĂ©veloppement d’un cancer. Un groupe d’animaux a reçu ensuite de la curcumine alors que l’autre groupe ne recevait rien. Les rĂ©sultats ont montrĂ© une incidence de tumeurs mammaires beaucoup plus faible (18,5%) chez les animaux supplĂ©mentĂ©s que dans le groupe tĂ©moin (70,3%). De plus, le dĂ©veloppement de la tumeur Ă©tait retardĂ©e de six mois dans le groupe ayant reçu de la curcumine. De surcroĂźt, la proportion d’adĂ©nocarcinomes Ă©tait moitiĂ© moins importante dans ce groupe que dans le groupe tĂ©moin.

Des chercheurs ont suggĂ©rĂ© que la curcumine inhibe la croissance des cellules tumorales par des moyens provoquant l’apoptose ou mort cellulaire et que les gĂšnes associĂ©s Ă  la prolifĂ©ration cellulaire et Ă  l’apoptose pourraient avoir une action chimioprĂ©ventive. D’autres travaux Ă©mettent l’hypothĂšse que la capacitĂ© de la curcumine Ă  neutraliser les radicaux libres et Ă  inhiber l’oxyde nitrique (un composĂ© impliquĂ© Ă  la fois dans l’inflammation et dans le cancer) pourrait expliquer ses activitĂ©s. Dans une Ă©tude, on a montrĂ© que la curcumine neutralise directement l’oxyde nitrique et diminue les quantitĂ©s de nitrate formĂ© par rĂ©action entre l’oxygĂšne et l’oxyde nitrique. De façon contradictoire, d’autres chercheurs indiquent que l’action de la curcumine ne semble pas liĂ©e Ă  l’apoptose ni Ă  aucun changement dans l’expression des gĂšnes reliĂ©s Ă  l’apoptose. Par ailleurs, des chercheurs de l’UniversitĂ© du Texas on dĂ©montrĂ© que l’inhibition de la tumeur semble corrĂ©lĂ©e Ă  celle de l’activitĂ© de l’ornithine dĂ©carboxylase par la curcumine, la sur-expression de l’ornithine dĂ©carboxylase Ă©tant impliquĂ©e dans le cancer.

Mais les effets anti-cancer de la curcumine ne sont pas limitĂ©s au cancer du sein. Dans deux Ă©tudes rĂ©centes, des chercheurs de l’UniversitĂ© Columbia de New York ont examinĂ© les qualitĂ©s thĂ©rapeutiques potentielles de la curcumine contre le cancer de la prostate. Les chercheurs avaient dĂ©couvert que la curcumine avait une forte capacitĂ© Ă  inhiber in vitro la prolifĂ©ration de cellules cancĂ©reuses de prostates en interfĂ©rant avec l’activitĂ© des protĂ©ines de signalisation, caractĂ©ristique des processus de croissance. Plus rĂ©cemment, les chercheurs ont Ă©tendu leurs travaux pour savoir s’ils pouvaient obtenir des rĂ©sultats similaires sur un modĂšle animal. Les chercheurs ont constatĂ© que les cellules cancĂ©reuses de prostate injectĂ©es de façon sous-cutanĂ©e dans des souris nourries pendant six semaines avec une alimentation contenant 2% de curcumine, Ă©taient incapables de se dĂ©velopper largement et subissaient une nette apoptose.

La capacitĂ© de la curcumine Ă  inhiber la carcinogenĂšse chimique pourrait Ă©galement servir Ă  rĂ©duire la croissance tumorale. Les carcinogĂšnes sont des produits chimiques qui transportent un risque Ă©levĂ© de produire des lĂ©sions tissulaires pouvant conduire Ă  un cancer. Dans une Ă©tude animale, on a montrĂ© que la curcumine pouvait inactiver toute une sĂ©rie de ces carcinogĂšnes chimiques avant qu’ils ne causent des dommages cellulaires. Cette expĂ©rience a Ă©galement dĂ©montrĂ© qu’une supplĂ©mentation avec de la curcumine peut jouer un rĂŽle protecteur contre la formation de tumeurs.

Pour Ă©valuer l’efficacitĂ© de la curcumine comme agent anti-carcinogĂšne, son effet a Ă©tĂ© comparĂ© Ă  celui d’autres composants et extraits de plantes sur le carcinome buccal squameux. Des lignĂ©es cellulaires ont Ă©tĂ© cultivĂ©es pendant 72 heures. Ensuite, le nombre de cellules a Ă©tĂ© comptĂ© pour dĂ©terminer leur prolifĂ©ration et leur croissance. Les chercheurs ont constatĂ© que la curcumine Ă©tait considĂ©rablement plus puissante que la gĂ©nistĂ©ine ou la quercĂ©tine pour inhiber ce type de cancer. Seule, la cisplatine, une substance Ă  base de platine Ă©galement testĂ©e dans cette Ă©tude, s’est rĂ©vĂ©lĂ©e plus efficace.

Curcumine et pathologies ophtalmiques

L’uvĂ©ite antĂ©rieure chronique est une inflammation de la paroi vasculaire de l’Ɠil et plus particuliĂšrement de la rĂ©gion comprenant l’iris. 375 mg de curcumine trois fois par jours ont Ă©tĂ© administrĂ©s par voie orale pendant douze semaines Ă  53 patients ayant une uvĂ©ite antĂ©rieure chronique. patients ont arrĂȘtĂ© l’Ă©tude pour des raisons diverses. AprĂšs semaines de traitement, les symptĂŽmes Ă©taient amĂ©liorĂ©s chez 90% des patients ayant terminĂ© l’Ă©tude.

Dans une autre Ă©tude, 32 patients souffrant d’une uvĂ©ite antĂ©rieure chronique ont Ă©tĂ© divisĂ©s en deux groupes. L’un a reçu simplement de la curcumine, l’autre une combinaison de curcumine et d’un traitement antituberculeux. De façon Ă©tonnante, tous les patients traitĂ©s avec la seule curcumine ont constatĂ© une amĂ©lioration contre 86% de ceux ayant reçu le traitement combinĂ©. Les chercheurs ont conclu que la curcumine Ă©tait aussi efficace qu’une corticothĂ©rapie, seul traitement chronique actuellement disponible pour traiter l’uvĂ©ite antĂ©rieure chronique. Ils ont ajoutĂ© que l’absence d’effets secondaires de la curcumine Ă©tait son plus grand avantage par rapport aux corticostĂ©roĂŻdes.

Une Ă©tude menĂ©e sur des rats et des lapins a montrĂ© que la curcumine inhibait efficacement la formation de la cataracte chimiquement induite, mĂȘme Ă  de faibles doses. Cette mĂȘme Ă©tude a Ă©galement montrĂ©, pour la premiĂšre fois, que ce type de cataracte induite pouvait s’accompagner d’une apoptose des cellules Ă©pithĂ©liales de l’Ɠil et que la curcumine pourrait diminuer cet effet apoptotique.

Pour Ă©valuer la curcumine comme traitement potentiel de la cataracte, des chercheurs ont nourri deux groupes de rats avec une alimentation contenant de l’huile de maĂŻs ou une combinaison d’huile de maĂŻs et de curcumine pendant jours. Ils ont ensuite extrait les cristallins pour examiner la prĂ©sence de peroxydation lipidique. Les chercheurs ont constatĂ© que les cristallins des rats traitĂ©s avec la curcumine Ă©taient beaucoup plus rĂ©sistant Ă  l’opacification induite que ne l’Ă©taient les cristallins des animaux tĂ©moins.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

C’est Ă  la curcumine bio antioxydant puissant, l’un de ses principaux composants actifs, que le curcuma doit la plus grande partie de ses effets bĂ©nĂ©fiques pour la santĂ©.

La curcumine est un puissant antioxydant qui apporte une protection efficace contre les dommages cellulaires occasionnés par les radicaux libres.
De plus, la curcumine agit de multiples maniùres sur l’inflammation chronique.
GrĂące Ă  la curcumine qu’elle contient, le curcuma exerce de nombreuses actions physiologiques. Son utilisation est particuliĂšrement intĂ©ressante pour rĂ©duire l’inflammation articulaire et pour attĂ©nuer les inflammations du systĂšme digestif.
Nous allons raconter l’histoire du curcuma, cette plante aux propriĂ©tĂ©s remarquables qui est utilisĂ©e depuis plusieurs millĂ©naires
et qui est loin d’avoir livrĂ© tous ses secrets, puisque la recherche est actuellement en effervescence Ă  son sujet


Le Curcuma, protection pour articulations fragiles

Le Curcuma, protection pour articulations fragiles

L’utilisation traditionnelle pluri-millĂ©naire du curcuma.
Le curcuma est l’un des principaux ingrĂ©dients du curry, ce mĂ©lange d’Ă©pices omniprĂ©sent dans la cuisine indienne. Le curcuma est aussi utilisĂ© depuis de longues annĂ©es en mĂ©decine traditionnelle, notamment en Inde ayurvĂ©dique, de mĂȘme que dans les mĂ©decines traditionnelles de la Chine, du Japon, de la ThaĂŻlande et de l’IndonĂ©sie.
Le curcuma est considĂ©rĂ© comme un protecteur et tonique du systĂšme digestif complet et un remĂšde contre divers troubles inflammatoires. Il est utilisĂ© pour traiter toute une variĂ©tĂ© d’indispositions incluant problĂšmes gastro-intestinaux, inflammation, maux de tĂȘte, infections et rhumes.
En fait, ces propriétés sont pour ainsi dire universellement reconnues, si bien que le curcuma est commercialisé dans le monde entier.

L’histoire mondiale du Curcuma.

Le curcuma est un remÚde traditionnel des plus anciens. Ses bénéfices sur la santé ont été décrits en Inde il y a 4000 ans.
Le curcuma est l’un principes vĂ©gĂ©taux primordiaux de la mĂ©decine ancienne ayurvĂ©dique (« science de la vie » en sanscrit ancien). Il est traditionnellement associĂ© Ă  d’autres principes minĂ©raux ou vĂ©gĂ©taux tel que boswellia serrata et gingembre, et en particulier, au poivre noir.
La sagesse populaire a devancĂ© la science, puisque le poivre Ă©tait toujours associĂ© au curcuma dans le curry des Indiens. Des recherches ont Ă©tĂ© orientĂ©es en ce sens et ont confirmĂ© le bon sens des traditions puisque la pipĂ©rine du poivre noir potentialise efficacement l’assimilation de la curcumine du curcuma.
Selon la médecine ayurvédique, les poivres noirs étaient utilisés pour leurs vertus anti-inflammatoires et comme composant anti-irritation. Le poivre noir était également utilisé par la médecine ayurvédique pour traiter les allergies.

Le curcuma est mentionnĂ© dans un herbier assyrien datant d’environ 600 ans av. J.-C. Il est citĂ© dans le traitĂ© du mĂ©decin grec Dioscoride « Sur la matiĂšre mĂ©dicale ». Marco Polo, dans ses mĂ©moires de voyages en Chine, dĂ©crit le Curcuma au XIIIiĂšme siĂšcle : « il y a une substance vĂ©gĂ©tale possĂ©dant les caractĂ©ristiques du safran, ainsi que sa couleur, mais qui toutefois n’est pas exactement du safran. Le curcuma est tenu en trĂšs haute considĂ©ration, il est un ingrĂ©dient que l’on trouve dans tous leurs mets culinaires, et son prix est Ă©levĂ© ».

La haute d’apprĂ©ciation du curcuma est Ă©tablie par son utilisation par de nombreuses cultures, chacune nommant l’épice dans sa langue respective :
Birman : fa nwin / Chinois : wong geung fun, yĂŒ chiu / Danois : gurkemeje / NĂ©erlandais : geelwortel. / Finnois : keltajuuri / Français : curcuma, saffron des Indes / Allemand : gelbwurz, kurkuma / Islandais : turmerik / Italien : curcuma / Langues Indiennes : haldee, haridra, haldi, huldee, huldie / Indonesien : kunjit, kunyit / Japonais : ukon / Malais : kunjit / NorvĂ©gien : gurkemeie / Polonais : klacze kurkumy / Portuguais : açafrĂŁo-da-Índia / Russe : zholty imbir / Espagnol : azafrĂĄn de la India, azafran arabe / Cingalais : kaha / SuĂ©dois : gurkmeja / Tamoul : munjal / Thai : ka min / Vietnamien : bot nghe.

La validation par la Commission E et par l’OMS.
La Commission E (commission chargĂ©e par le MinistĂšre de la SantĂ© Allemand d’évaluer l’efficacitĂ© des prĂ©parations Ă  base de plantes) et l’Organisation Mondiale de la santĂ© (OMS) reconnaissent l’efficacitĂ© des rhizomes du curcuma pour traiter la dyspepsie, c’est-Ă -dire des troubles digestifs comme les maux d’estomac, les nausĂ©es, la perte d’appĂ©tit ou les sensations de surcharge, ainsi que les inflammations digestives.
Les effets de la plante curcuma longa sont dus Ă  ses principes actifs, les curcumines.
Le groupe botanique auquel appartient le curcuma longa est liĂ© au groupe des zingibĂ©racĂ©es, auquel appartient le gingembre. La racine et le rhizome (les parties souterraines) du curcuma longa sont broyĂ©es sous forme de poudre. La poudre de curcuma est l’un des principaux ingrĂ©dients du curry, mĂ©lange d’Ă©pices omniprĂ©sent dans la cuisine indienne.
Dans les rhizomes du curcuma, ont Ă©tĂ© isolĂ©es des substances auxquelles a Ă©tĂ© donnĂ© le nom de curcumines. Il s’agit d’antioxydants trĂšs puissants, pouvant expliquer certaines indications mĂ©dicinales traditionnelles de cette plante, en particulier pour le traitement de divers troubles inflammatoires : soulagement des douleurs arthrosiques, rhumatismales ou menstruelles, traitement de diverses inflammations cutanĂ©es, digestives etc

Au cours de ces derniĂšres annĂ©es, la recherche scientifique internationale porte un intĂ©rĂȘt croissant Ă  l’étude de la curcumine – le principe actif principal du curcuma. Les concentrations de cucurmine Ă©tudiĂ©es sont bien plus Ă©levĂ©es que celles des Ă©pices alimentaire, pour lesquelles le titrage en cucurmine n’est pas dĂ©terminĂ©.
La tolérance irréprochable de la curcumine.
D’aprĂšs les donnĂ©es disponibles, la curcumine, employĂ©e mĂȘme Ă  trĂšs forte dose, ne produit aucune toxicitĂ©, ni aucun effet secondaire chez l’homme. Le curcuma a Ă©tĂ© employĂ© durant des milliers d’annĂ©es sans effet indĂ©sirable, et ce mĂȘme en forte quantitĂ© sous forme de condiment. L’agence de SantĂ© AmĂ©ricaine FDA classe le curcuma parmi les substances saines et sans danger, en tant que GRAS (General Recognition And Safety).

La faible biodisponibilitĂ© de la curcumine, compensĂ©e par l’adjonction de pipĂ©rine (poivre noir).
La curcumine seule prĂ©sente une trĂšs faible biodisponibilitĂ©. Il a Ă©tĂ© rĂ©cemment dĂ©montrĂ© que les actifs du poivre noir (pipĂ©rine) permettent aux actifs du curcuma (curcumine et curcuminoĂŻdes) d’ĂȘtre effectivement absorbĂ©s par l’organisme. La pipĂ©rine, l’ingrĂ©dient piquant du poivre, amĂ©liore l’absorption des curcuminoĂŻdes. Nous utilisons la curcumine et la pipĂ©rine dans la composition de notre complĂ©ment alimentaire Cartilamine Phyto.

L’absence de brevet sur la curcumine.

Les applications thĂ©rapeutiques de la curcumine intĂ©ressent de prĂšs de grands groupes pharmaceutiques qui ont dĂ©posĂ© des demandes de brevet d’exclusivitĂ©. Cependant, du fait de sa provenance naturelle et de son utilisation traditionnelle largement documentĂ©e, ces demandes de brevets d’exclusivitĂ© ont toutes Ă©tĂ© rejetĂ©es. Si bien que la curcumine peut ĂȘtre commercialisĂ©e de maniĂšre libre dans le monde entier. Ceci est utile aux consommateurs Ă©duquĂ©s et avertis.

Les développements à venir.

Avec plus de 3000 articles scientifiques, dont la majeure partie a Ă©tĂ© publiĂ©e au cours des derniĂšres annĂ©es, l’étude des effets de la curcumine bĂ©nĂ©ficie d’un intĂ©rĂȘt remarquable de la part de la communautĂ© scientifique internationale.
De nombreuses Ă©tudes in vitro et sur des animaux, et quelques Ă©tudes cliniques prĂ©liminaires ont dĂ©terminĂ© des modes d’action multiples et cohĂ©rents. Ceci a dĂ©clenchĂ© une vĂ©ritable effervescence simultanĂ©ment dans plusieurs domaines mĂ©dicaux : rhumatologie, gastro-entĂ©rologie, cancĂ©rologie et neurologie. Les multiples propriĂ©tĂ©s protectrices de la curcumine en font un candidat extrĂȘmement crĂ©dible et remarquablement prometteur dans chacun de ces domaines. Les espoirs rationnellement suscitĂ©s demandent maintenant Ă  ĂȘtre confirmĂ©s par des Ă©tudes cliniques actuellement en cours ou Ă  venir.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Curcuma bio plante médicinale aux propriétés antioxydantes naturellles puissantes.

SystÚmes de prédilection

SYSTÈME LOCOMOTEUR : antioxydant, anti-inflammatoire, analgésique externe ;
SYSTÈME DIGESTIF : antioxydant, anti-inflammatoire, hépatoprotecteur, bactéricide, fongicide, parasiticide, antitumoral, cholagogue, cholérétique, antispasmodique, carminatif, antiviral ;
SYSTÈME IMMUNITAIRE : antioxydant, bactéricide, fongicide, parasiticide, antitumoral, antiviral ;
SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE : antioxydant, anti-inflammatoire, hypocholestérolémiant, fluidifiant sanguin ;
SYSTÈME TÉGUMENTAIRE : antitumoral, bactĂ©ricide, fongicide, vulnĂ©raire.

Curcuma bio plante médicinale

Curcuma bio plante médicinale

Indications
SYSTÈME LOCOMOTEUR
COMME ANTI-INFLAMMATOIRE
En mĂ©decine AyurvĂ©dique, le curcuma est utilisĂ© depuis des millĂ©naires pour traiter les affections Ă  caractĂšre inflammatoire. L’action anti-inflammatoire du curcuma est comparable Ă  celle de la cortisone, de la phĂ©nylbutazone (utilisĂ©e dans le traitement de l’arthrite rhumatoĂŻde) et des anti-inflammatoires non-stĂ©roĂŻdiens. Il semble que le curcuma agisse en inhibant des enzymes qui participent Ă  la synthĂšse des substances inflammatoires – elles-mĂȘmes dĂ©rivĂ©es de l’acide arachidonique – comme les prostaglandines E2 et les leucotriĂšnes. On pense qu’il diminue le relĂąchement des mĂ©diateurs chimiques des cellules et des neutrophiles. Il semble Ă©galement augmenter l’effet du cortisol sur les cellules ou peut ĂȘtre mĂȘme prolonger la demie-vie de ce dernier et/ou en diminuer sa dĂ©gradation hĂ©patique.
Lorsque le curcuma est associĂ© Ă  des acides gras essentiels, ils se potentialisent mutuellement dans leurs actions anti-inflammatoires. Contrairement Ă  certains anti-inflammatoires de synthĂšse, le curcuma n’inhibe pas la prostacycline, qui est un important facteur de prĂ©vention des thromboses vasculaires. Aussi, sa grande action antioxydante joue un rĂŽle important dans son effet anti-inflammatoire.
arthrite
rhumatisme
arthrite rhumatoĂŻde
douleur musculaire
bursite, tendinite
SYSTÈME DIGESTIF
Le curcuma amĂ©liore la digestion en stimulant le foie et la vĂ©sicule biliaire – l’excrĂ©tion de la bile en est augmentĂ©e de 100%. Il semble augmenter la production d’enzymes pancrĂ©atiques. Il est aussi hĂ©patoprotecteur (surtout grĂące Ă  ses effets antioxydants causĂ©s par l’augmentation hĂ©patique de glutathion et d’enzymes hĂ©patiques – particuliĂšrement le SGOT et SGPT – noms anglais – qu’il provoque), bactĂ©ricide et parasiticide.
INFLAMMATION du foie ou de la vésicule biliaire ;
HÉPATITE, JAUNISSE ;
Augmente la solubilité de la bile, donc le curcuma peut prévenir la formation de CALCULS ;
ULCÈRE GASTRIQUE : le curcuma protùge la muqueuse de l’estomac en augmentant le taux de mucine qu’elle produit ;
DIARRHÉE, DYSENTERIE AMIBIQUE ;
FLATULENCES, BALLONNEMENTS ;
DYSPEPSIE ;
ATONIE DIGESTIVE.
SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE
ATHÉROSCLÉROSE
Tel que mentionnĂ© prĂ©cĂ©demment, le curcuma est antioxydant. Il prĂ©vient la peroxydation des lipides, dont le cholestĂ©rol. Et c’est justement ce cholestĂ©rol « peroxydĂ© » qui se dĂ©pose dans la membrane des artĂšres. De plus, le curcuma rĂ©duit de façon significative le taux de cholestĂ©rol dans le sang en diminuant sa rĂ©absorption intestinale, en augmentant la transformation du cholestĂ©rol en acides biliaires et en augmentant l’excrĂ©tion de la bile.
THROMBOPHLÉBITE
De par son action anti-inflammatoire et fluidifiante (diminue l’agrĂ©gation plaquettaire, aide donc Ă  garder le sang fluide), le curcuma aide Ă  prĂ©venir et Ă  soulager la thrombophlĂ©bite.
SYSTÈME IMMUNITAIRE
CANCER
UtilisĂ© en traitement prĂ©ventif et en curatif. Il fait rĂ©gresser les cancers dĂ©jĂ  existants (surtout oral, du conduit digestif, du foie, des seins et de la peau), supprime l’effet mutagĂšne de certaines substances (dont celles prĂ©sentes dans le tabac) et inhibe la formation de nitrosamine. En plus, le curcuma prĂ©vient les changements gĂ©nĂ©tiques qui peuvent survenir dans le noyau cellulaire (antimutagĂšne). Tout comme le chardon marie, le curcuma est un puissant antioxydant. Il prĂ©vient la dĂ©tĂ©rioration des tissus qui peut survenir lors des traitements de chimiothĂ©rapie.
BACTÉRICIDE, FONGICIDE ET PARASITICIDE
Le curcuma inhibe la croissance de nombreuses bactĂ©ries gram positives et gram nĂ©gatives, dont celles qui causent la dysenterie amibique (Entamoeba hisolytic) et d’autres, comme le Clostridium perfringens, le Sarcina, le Gaffkya, les Staphylococcus, les Streptococcus, les Bacillus et plusieurs champignons pathogĂšnes. Il aide Ă©galement lors d’infections en inhibant la production de certaines toxines bactĂ©riennes qui peuvent causer de sĂ©rieux torts Ă  l’organisme, dont les aflatoxines, produites par les champignons qui croissent dans la nourriture mal prĂ©servĂ©e.
VIH
Plusieurs Ă©tudes ont dĂ©montrĂ© que le curcuma ralentit la progression du VIH et semble augmenter le taux de CD 4 et de CD 8 dans le sang. Deux fonctionnements sont Ă©noncĂ©s : 1. Le premier Ă©tant que la curcumine (une des substances actives dans le curcuma) inhibe la synthĂšse de l’enzyme intĂ©grase qui permet au virus de s’intĂ©grer au code gĂ©nĂ©tique de la cellule hĂŽte. 2. Le deuxiĂšme est que la curcumine inhibe la production de cytokine par la cellule hĂŽte. La cytokine stimule la formation du VIH dans les lymphocytes. De plus, comme les personnes infectĂ©es par le VIH ont un besoin accru en antioxydants, le curcuma peut rĂ©pondre partiellement Ă  ce besoin. Bref, l’utilisation de ce rhizome dans le traitement du VIH semble prometteur. Plusieurs Ă©tudes cliniques sont en cours actuellement et notre comprĂ©hension des mĂ©canismes d’actions du curcuma se clarifieront dans les annĂ©es Ă  venir.
UTILISATION EXTERNE
Peut Ă©tre utilisĂ© sous forme d’huile infusĂ©e, d’emplĂątres, de teinture

irritation cutanée
plaie
entorse
foulure
douleurs arthritiques
psoriasis
mycoses : pied d’athlùte, vaginite
pityriasis versicolor
galle
ulcĂšres
NÉVRALGIES, SCIATIQUE

Le curcuma a une action similaire Ă  celle de la cayenne, relĂąchant la substance P, impliquĂ©e dans la production du message de la douleur. Cette substance Ă©tant subsĂ©quemment Ă©puisĂ©e, le message de la douleur s’en trouve inhibĂ©.
Solvants, modes d’utilisation et dosages
Pour apprécier les effets hépatiques et cholérétiques du curcuma, il est bon de le prendre avant les repas.
POUDRE 3 Ă  6 capsules par jour.
TEINTURE
5 Ă  20 gouttes, 2 Ă  3 fois par jour.
INFUSION
Pas trÚs agréable au goût, 1 à 3 tasses par jour.
COMPRESSE ET HUILE
Pour les usages externes (ça tache !).
Constituants répertoriés
COMPOSÉS PHÉNOLIQUES : curcumi, tumĂ©rone, zingibĂ©rĂšne ;
UN GROUPE DE CURCUMINOÏDES curcumine ;
HUILES VOLATILES : monoterpÚne : cinéol sesquiterpÚnes : limonÚle, tumérone, curcumine, zingibérÚne
VITAMINES : béta-carotÚne (pro-A), acide ascorbique © ;
MINÉRAUX : potassium (K) ;
PEPTIDE HYDROSOLUBLE : 5-K dapeptide, tumérine ;
POLYSACCHARIDES : arabinogalactane ukonan A et C ;
Principes amers ; Résine.


 

Vos serez surement intéressé par ces blogs : sel de Guerande, les fleurs de bach, l'aloe vera, la plante de stevia bio, les femmes nappy, le fruit du camu camu, le sel de Guérande, l'arbre du baobab, la feuille de menthe bio, le fruit de grenade bio, la baie d'aronia bio, chia bio, le fruit de l'acerola bio, le fruit de maqui bio, le fruit de guarana bio, l'huile de jojoba bio, la boisson de maté bio, le silicium organique, utilisation du chanvre bio, le thé de rooibos, l'huile d'argan, konjac bio coupe faim, les antioxydants naturels, le sirop agave biologique, physalis peruviana, la racine de gingembre biologique, le citron yuzu bio, le fruit de cupuacu biologique, la baie d'arbouse bio, la vigne rouge bio pour la circulation, urucum bio contre le cancer de la peau, le fruit de lucuma bio, les amandes biologiques, la cerise, le fruit de mangoustan bio, le thym antioxydant, levure de riz, le citron vert, les antioxydants naturels puissants, le raisin riche en antioxydant, l'ortie bio riche en silice, la baie de sureau, le goji de l'Himalaya, les baies de goji Himalaya, les antioxydants naturels puissants, la pulpe de baobab biologique, les protéine biologique, beurre de karite bio, le fruit de l'argousier bio, la poudre de baobab bio, la feuilles de ginkgo biologique,le goji biologique, le champignon reishi biologique, le transhumanisme, les sushis japonais, le fruit du baobab bio, les baies de goji biologique, la pharmacie biologique, le cannabis biologique, la marijuana biologique, les insectes comestibles, les prooxydants, la poudre de baobab biologique, le pain de singe baobab, le baobab biologique, biologiquement, le bouye jus de baobab, baobab.com, la tomate biologique, les insectes comestibles,le fruit du corossol, le fruit du baobab biologique, la feuille de graviola bio, le bambou bio, l'artemisinine bio anti-cancer, baobab.com, la feuille de corossol, un hamburger vegetarien, la dhea naturelle, couple mixte, le caylar, l'armoise anti-cancer, lait de cafard, pissenlit cancer, graviola corossol, la feuille de papaye anti cancer