Boutique Biologiquement.comLe curcuma et ses propriétés micronutritionnelles

  Posté par curcuma       Laisser un commentaire
[Total : 4    Moyenne : 4.3/5]

Il est extrait des rhizomes d’un arbuste tropical nommé Curcuma Longa bio antioxydant, qui a besoin de chaleur et d’humidité pour vivre.

C’est un des ingrédients du curry dans la gastronomie de l’Inde. Il apporte une couleur jaune intense, qui provient de la racine de la plante. Il se caractérise par un goût plutôt doux, avec une touche amère et piquante.

Si nous parlons de la Curcuma Longa c’est parce qu’il s’agit d’une des espèces de plantes présentant le plus de propriétés micronutritionnelles. Sa composante active est la Curcumina, utilisée par les Asiatiques depuis plus de 2500 ans dans le cadre de la médecine traditionnelle.

Le curcuma et ses propriétés micronutritionnelles
Le curcuma et ses propriétés micronutritionnelles

Voici quelques-unes des propriétés du Curcuma :

C’est un anti-inflammatoire naturel des voies respiratoires et urinaires ainsi que des articulations. Du fait de ses propriétés calmantes, il est recommandé pour les personnes souffrant d’arthrite et de problèmes rhumatisants ou respiratoires (comme l’asthme).
Il est très bénéfique pour les personnes souffrant de Problèmes Hépatiques ou Biliaires, car il favorise le bon fonctionnement du foie, le protégeant des toxines.
Il est idéal pour les Problèmes Digestifs, tels que digestion lente, gaz, perte d’appétit,…
Il aide à prévenir les maladies cardiovasculaires, en améliorant la circulation sanguine et en évitant la formation de caillots de sang.
Il régule les niveaux de graisse de l’organisme.
Il a des propriétés antimicrobiennes.
C’est un puissant antioxydant.
Enfin, il aide à cicatriser et à revitaliser la peau, parmi beaucoup d’autres propriétés.
Attention ! Bien qu’on ne lui connaisse pas d’effets secondaires, il est recommandé, pour les personnes qui en consomment, d’éviter une exposition trop prolongée au soleil, le Curcuma pouvant augmenter la sensibilité aux rayons solaires.

Boutique Biologiquement.comLes bienfaits du curcuma sur la santé : anti-inflammatoire, curcuma et cancer

  Posté par curcuma       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Vous avez peut-être dans votre cuisine un flacon de curcumabio antioxydant puissant que vous utilisez pour épicer et aromatiser vos petits plats maison. Mais savez-vous qu’au-delà de son utilisation culinaire le curcuma a de nombreuses vertus ?

Le curcuma est une plante herbacée qui est parfois appelée Safran des Indes. Le curcuma est originaire d’Asie et très cultivé en Inde mais aussi en Chine, au Japon et en Birmanie. Afin de fabriquer l’épice que nous connaissons, le rhizome du curcuma est séché puis finement moulu. Très aromatique, le curcuma est une source de fer et de manganèse, deux éléments indispensables pour notre organisme.

Les bienfaits du curcuma sur la santé et les propriétés principales du curcuma
Les bienfaits du curcuma sur la santé et les propriétés principales du curcuma

Le principe actif du curcuma s’appelle la « curcumine » et serait 1000 fois mieux absorbée par l’organisme en présence de poivre noir. Le curcuma a de nombreuses vertus, il est notamment :

Anti-inflammatoire
Anti-oxydant
Anti-coagulant
Détoxifiant
Stimulant des défenses immunitaires
Pour quoi pouvons-nous utiliser le curcuma ?

Les troubles gastro-intestinaux

Le curcuma est anti-inflammatoire et permet donc de contribuer à traiter les inflammations et les ulcères à l’estomac. De plus, le curcuma permet de protéger le foie d’agents toxiques et de soulager lors d’une crise de foie. La curcumine augmente la synthèse de bile par les cellules du foie ainsi que sa sécrétion dans l’intestin lors des phases digestives. Le foie est ainsi stimulé et la digestion est améliorée.

Les maladies liées au stress oxydatif

Le curcuma aurait un effet protecteur contre les maladies cardiovasculaires et la maladie d’Alzheimer grâce à son action anti-oxydante. Le curcuma permet en effet de lutter contre l’accumulation des protéines amyloïdes qui sont responsables des déficits cognitifs de la maladie d’Alzheimer.

Le curcuma, anti-cancéreux

Le curcuma préviendrait également l’apparition de certains cancers dont le cancer du côlon. On constate que dans les pays où le curcuma est largement consommé, par exemple en Inde, le cancer du côlon est beaucoup moins répandu qu’en Occident. Des études sont actuellement en cours pour préciser le rôle de la curcumine dans la prévention ou le traitement de cancers.

Bénéficier des vertus du curcuma au quotidien

Posologie : il est recommandé de consommer jusqu’à 3 grammes de curcuma par jour.

Pour profiter des bienfaits du curcuma, vous pouvez l’utiliser quotidiennement dans la préparation vos plats. N’oubliez-pas qu’associée à du poivre noir, la biodisponibilité de la curcumine est fortement augmentée. A noter que ses vertus sont plus importantes si le curcuma n’est pas cuit. Il est également possible de consommer du curcuma en l’ajoutant à du lait de soja ou à une infusion. Pour une action plus prononcée, vous trouverez des gélules de curcuma dans des magasins diététiques ou en pharmacie.

Quoi qu’il en soit, préférez le curcuma bio au curcuma conventionnel.

Boutique Biologiquement.comCurcuma bio antioxydant puissant

  Posté par curcuma       Laisser un commentaire
[Total : 4    Moyenne : 3.5/5]

Curcuma : Nom latin
Curcuma longa
Curcuma : Nom(s) vulgaire(s)
Safran des Indes
Curcuma : Famille
Zingibéracées
Curcuma : Période de récolte

Curcuma : Propriétés

Le curcuma stimule la sécrétion de la bile, donc la digestion. Ses bienfaits sont reconnus par l’OMS pour soigner la dyspepsie (maux d’estomac, nausées, perte d’appétit…). Par ailleurs, selon des études menées sur des animaux, il pourrait contrer la bactérie Helicobacter pylori, responsable d’ulcères gastriques et duodénaux. Enfin le rhizome de curcuma contient des curcuminoïdes, des substances antioxydantes et anti-inflammatoires, ce qui lui confèrerait des effets anticancer. Des données épidémiologiques ont d’ailleurs souligné que la prévalence de plusieurs cancers (côlon, sein, prostate, poumon) était moindre en Asie, continent où l’on consomme beaucoup de curcuma.
Curcuma : Etudes scientifiques

(1) Antimicrobial activity of curcumin against Indian Helicobacter pylori and also during mice infection. De R, Kundu P, etal. Antimicrob Agents Chemother. 2009 Feb 9.
(2) Curcuma longa extract protects against gastric ulcers by blocking H2 histamine receptors. Kim DC, Kim SH, etal. Biol Pharm Bull. 2005 Dec;28(12):2220-4. Texte intégral: www.jstage.jst.go.jp
(3) Chauhan DP. Chemotherapeutic potential of curcumin for colorectal cancer.Curr Pharm Des 2002;8(19):1695-706.
(4) Anticancer and carcinogenic properties of curcumin: considerations for its clinical development as a cancer chemopreventive and chemotherapeutic agent. López-Lázaro M. Mol Nutr Food Res. 2008 Jun.

Curcuma bio antioxydant puissant
Curcuma bio antioxydant puissant

Curcuma : Histoire

Originaire du sud-est asiatique et d’Inde, le curcuma est utilisé depuis longtemps pour soigner les problèmes hépatiques, dont la jaunisse. Il est aujourd’hui cultivé dans toute l’Asie, en Afrique tropicale et aux Antilles. C’est toujours la plante phare de la médecine traditionnelle ayurvédique (Inde) qui l’utilise notamment comme anti-inflammatoire.

Curcuma : Comment la reconnaître?

Le curcuma possède de longues feuilles pointues qui trouvent leur base à même la terre. Au centre des feuilles se trouvent ses fleurs blanches et roses qui forment une sorte d’épi. Le curcuma possède un rhizome, une tige souterraine qui pousse quasiment à l’horizontale.

Curcuma : Parties utilisées

Le rhizome

Curcuma : Posologie

En usage interne
Contre les troubles de la digestion
Infusion : 0,5 à 1g de poudre de rhizome dans 150ml d’eau bouillante durant 5 à 10 min. Filtrer. Boire 2 à 4 tasses par jour, de préférence pendant les repas, jusqu’à amélioration des symptômes.
Ou
Teinture-mère : Verser 35 gouttes dans un verre d’eau. A boire après chaque repas, jusqu’à amélioration des symptômes.
En cas de persistance des symptômes, consultez un médecin.

Curcuma : Précautions d’emploi

Le curcuma est contre-indiqué en cas d’obstruction des voies biliaires et d’allergie à la plante. Même chose pour les femmes enceintes, allaitantes et chez les personnes de moins de 18 ans (hors usage alimentaire). Il est déconseillé à doses élevée en cas d’ulcère de l’estomac ou du duodénum car il peut augmenter l’irritation. Demandez l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien avant toute prise.

Attention : Les plantes ne sont pas des remèdes anodins. Ne jamais dépasser les doses indiquées.

Boutique Biologiquement.comLe curcuma bio épice pour le goût et la santé

  Posté par curcuma       Laisser un commentaire
[Total : 1    Moyenne : 3/5]

Le curcuma bio antioxydant puissant épice pour le goût et la santé.

Noms communs : Curcuma
Nom botanique : Curcuma longa, C. domestica, C. aromatica, famille des zingibéracées (comme le gingembre).
Partie utilisée : Rhizome (partie souterraine noueuse et branchue, improprement nommée racine).
Habitat et origine : Originaire de l’Inde, cette plante vivace tropicale pousse également en Chine. On la cultive de nos jours sous tous les climats tropicaux.

Proche du gingembre, cette épice superbe, orange et veloutée, au parfum subtil, légèrement terreux, est très utilisée en Ayur-Véda. Ses propriétés se révèlent peu à peu au regard de la science moderne, qui découvre enfin ses bienfaits !

Le curcuma bio épice pour le goût et la santé
Le curcuma bio épice pour le goût et la santé

En sanscrit, le curcuma se nomme Haridra

Digestif et carminatif, le curcuma contribue à une bonne digestion, assimilation et élimination.

Le curcuma stimule la réponse immunitaire des cellules grâce à son effet détoxifiant. Il active la circulation et apaise les douleurs menstruelles.

On remarque que les populations qui utilisent le curcuma régulièrement dans leur alimentation sont moins sujets aux maladies cardio-vasculaires (la cause première des décès dans nos pays industrialisés).

Les principes actifs du curcuma, les curcuminoïdes sont des antioxydants très puissants, ce qui explique un certain nombre des indications médicinales traditionnelles de cette plante, notamment pour le traitement de divers troubles inflammatoires : soulagement des douleurs arthritiques, rhumatismales ou menstruelles, traitement de diverses inflammations cutanées ou ophtalmologiques, etc.

Quelques conseils pratiques
Utiliser le curcuma régulièrement dans la préparation des plats (le dahl, ou soupe de lentilles, les légumes).

Le mélange curcuma, sel de roche et poivre noir saisi dans du ghî (beurre clarifié) est une nourriture stimulante et enrichissante pour les cellules nerveuses et le cerveau tout particulièrement.

Une pincée de curcuma dans un verre de lait chaud est un excellent remède contre la toux, et une bonne prévention aussi.

Préparer une décoction ou une infusion à raison d’une cuillerée à thé de poudre de curcuma pour une grosses tasse d’eau, cuire quelques minutes, ou simplement infuser dans de l’eau bouillante durant une dizaine de minutes. Boire une ou deux tasses par jour.

Il existe aussi dans le commerce des teintures de curcuma, à prendre en gouttes dans de l’eau, à consommer régulièrement. Stimule les fonctions hépatiques.

Une pâte de poudre de curcuma et de ghî appliquée immédiatement sur une brûlure ou une blessure soulage et facilite la guérison et la cicatrisation.

Le curcuma est aussi efficace pour :
Prévenir ou combattre le cancer, traiter les ulcères gastriques, réduire l’inflammation.

Traiter les troubles digestifs.

Traiter les ulcères gastriques, soulager l’arthrite rhumatoïde, les troubles menstruels.

En usage externe – Traiter les maladies de la peau.

Recherches
La Commission E et l’Organisation mondiale de la Santé reconnaissent l’efficacité des rhizomes du curcuma pour traiter la dyspepsie, c’est-à dire des troubles digestifs comme les maux d’estomac, les nausées, la perte d’appétit ou les sensations de surcharge.

Au cours d’un essai à double insu sur 116 sujets souffrant de dyspepsie, le curcuma a été nettement plus efficace qu’un placebo pour soulager les symptômes des participants1. La tradition européenne veut que la dyspepsie soit souvent causée par un dysfonctionnement biliaire. Le curcuma pourrait également agir sur ce plan, selon les résultats d’un essai clinique avec placebo mené auprès de 76 sujets souffrant de coliques biliaires traités avec une préparation de chélidoine et de curcuma.

Des études in vitro et sur des animaux indiquent que le curcuma aurait des effets protecteurs sur la muqueuse gastrique, ce qui tend à confirmer cet usage traditionnel. Au cours d’une étude sans placebo, des chercheurs ont observé une régression complète des ulcères d’estomac chez 75 % des 25 sujets après la consommation de 3 g de curcuma par jour durant 12 semaines.

Plusieurs essais préliminaires ont tenté d’évaluer l’efficacité du curcuma (seul ou en combinaison avec d’autres substances) pour soulager l’inflammation, avec des résultats souvent prometteurs. Par exemple, au cours d’un essai comparatif croisé publié en 1980 et portant sur 18 sujets souffrant d’arthrite rhumatoïde, la prise de 1 200 mg de curcumine par jour durant deux semaines a réduit les symptômes des participants (par exemple les raideurs matinales). En 1986, au cours d’un essai clinique sur 45 sujets, la curcumine (1 200 mg par jour) a été aussi efficace que la phénylbutazone pour soulager les douleurs postopératoires.

Par ailleurs, des chercheurs indiens se sont intéressés aux effets thérapeutiques de la curcumine sur l’inflammation oculaire.

Les données d’études épidémiologiques indiquent que la prévalence du cancer du côlon est nettement moins élevée dans les pays asiatiques où l’on consomme beaucoup de curcuma. Des dizaines d’études in vitro et sur des animaux démontrent que la curcumine possède une activité anticancéreuse (côlon, estomac, bouche, peau, sein, prostate, leucémie), bien qu’on n’en connaisse pas encore tous les mécanismes. En inhibant la production de cytokines (molécules à l’origine du processus inflammatoire), la curcumine pourrait possiblement freiner la croissance des tumeurs cancéreuses9.

Un essai préliminaire (16 sujets) laisse penser que la consommation de curcuma pourrait être associée à une baisse de production des mutagènes (risque de cancer) chez les fumeurs. Diverses autres études préliminaires (observations cliniques, essais de petite envergure) soutiennent l’hypothèse d’un effet protecteur, voire curatif, du curcuma contre le cancer, notamment le cancer colorectal (à raison de 3,6 g de curcumine par jour).

Le curcuma pourrait également se révéler utile dans le traitement des lésions cutanées cancéreuses11 et des brûlures causées par la radiothérapie18,19. Un essai a été mené sur 25 sujets souffrant de diverses lésions précancéreuses et cancéreuses. Les résultats sont prometteurs au chapitre du potentiel anticancéreux de la curcumine.

Maladie d’Alzheimer. Des observations in vitro et in vivo indiquent que certains composés du curcuma, dont la curcumine, pourraient contrer la maladie d’Alzheimer27-29. Des études cliniques sont présentement en cours.

Boutique Biologiquement.comCurcuma biologique. Propriétés

  Posté par curcuma       Laisser un commentaire
[Total : 1    Moyenne : 1/5]

Le curcuma bio antioxydant naturel puissant (Curcuma longa) est un rhizome jaunâtre de l’Inde et l’Asie du Sud.

Traditionnellement, elle est utilisée depuis des centaines d’années comme épice et colorant et en tant que substance naturelle dans la médecine ayurvédique, utilisée dans les cas d’inflammation, la cicatrisation des plaies et des troubles digestifs.

Ces dernières années, elle a publié de nombreux ouvrages scientifiques sur la curcumine et sa popularité auprès des professionnels a considérablement augmenté. Ci-après un bref examen de certains de ses effets les plus frappants physique.

Curcuma biologique. Propriétés
Curcuma biologique. Propriétés

Moderne utilise du curcuma

Il ya plus de 1500 références sur les effets biologiques de la curcumine en phytothérapie moderne. Beaucoup de ces effets sont liés à leurs composés pour une plus grande activité biologique, la curcumine.

Les effets anti-inflammatoires de curcuma

Les premières études sur ses effets anti-inflammatoires ont été étudiés dans le début des années 70, concernant un grand nombre des effets caractéristiques de la curcumine et curcumine avec sa capacité à réduire l’inflammation. Particulier, il est prouvé que le curcumin réduit la quantité de composés inflammatoires comme la lipoxygénase, du facteur nucléaire Kappa B (NF-kB), l’oxyde nitrique, la cyclo-oxygénase-2 (COX-2), le facteur de nécrose tumorale (TNF-α), la prostaglandine 2 (PGE2) et l’interleukine-1 (IL-1).

Effets sur les articulations

Les effets de la curcumine mixte sur la santé est liée à sa puissante activité anti-inflammatoire. Il a d’abord été observé en 1980 et de nombreuses études ont puisé dans l’enquête sur cette action. Une étude réalisée par l’Université de l’Arizona a publié en 2006 a montré qu’un extrait de curcuma inhibe l’inflammation et la destruction des articulations.

Effets sur le système digestif de curcuma

Encore une fois, bon nombre des effets de la curcumine sur le système digestif est lié à leurs vertus anti-inflammatoires. Une étude réalisée par l’Université de Reading en 2004 a montré sa capacité à réduire la douleur ou les malaises et autres symptômes associés au syndrome du côlon irritable. Une autre étude menée en Chine a révélé que l’utilisation du curcuma dans les ulcères colite réduite et avait plus superficiel, l’amélioration de la reprise de poids corporel, l’amélioration des niveaux de composés anti-inflammatoires et une diminution de l’expression de composés pro-inflammatoires. A double-blind placebo-contrôlée a confirmé que le curcumin est une substance sûre et prometteuse pour la colite ulcéreuse.

Curcumine a également été utilisé dans le traitement de la dyspepsie, un symptôme fréquent de la maladie de la vésicule biliaire. Il est également considéré comme cholérétique, en augmentant la production et des flux de bile.

Autres effets de la curcumine

Les preuves indiquent que le curcuma a une activité anti-oxydant puissant, car il réagit avec le glutathion et de mai ont un effet sur la superoxyde dismutase (SOD) et glutathion peroxydase.

L’étude suggère que le curcuma mai inhiber la peroxydation lipidique et réduire plasmásticos taux de cholestérol, de phospholipides et de triglycérides. Cet effet pourrait être potentiellement utile pour les personnes avec un cholestérol élevé et risque de maladie cardiaque. Une étude a également montré que la curcumine inhibe l’agrégation plaquettaire, l’amélioration de la circulation et la santé cardiaque.

Certaines études montrent aussi des avantages pour la santé du foie, ce qui réduit les dommages du foie causée par des toxines extérieures. Une étude en Inde a montré que le curcuma inversée changements foie gras tels que les altérations et la nécrose provoquée par l’aflatoxine.

Boutique Biologiquement.comLe curcuma bio, l’épice anti-cancer à l’étude en laboratoire

  Posté par curcuma       Laisser un commentaire
[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Le curcuma bio antioxydant, l’épice anti-cancer à l’étude en laboratoire

Passées les essais en laboratoires sur des souris, les premières études, encore en cours depuis 2007, sur des hommes en hôpital ont déjà donné des résultats encourageants. Des propriétés antioxydantes, anti-cancer et anti-cholestérol…focus sur cet épice à la saveur poivrée !

Article publié le 12 mars 2009
PAR Christine Briquet |

Le curcuma contient plus d’une douzaine de composés phénoliques qui produisent différents effets bénéfiques pour la santé. Ils fonctionnent comme de puissants antioxydants et l’un d’entre eux, la curcumine, a d’importantes propriétés anticancéreuses.

Le curcuma bio, l’épice anti-cancer à l’étude en laboratoire
Le curcuma bio, l’épice anti-cancer à l’étude en laboratoire

Antioxydants

Utilisé comme épice et colorant dans les préparations alimentaires, le curcuma (Curcuma longa) ou safran des Indes ou safran bourbon est le rhizome d’une plante herbacée vivace originaire du sud de l’Asie, de la même famille que le gingembre. Il est largement cultivé en Inde, mais aussi dans d’autres pays comme la Chine, Taiwan, le Japon, la Birmanie, l’Indonésie et l’Afrique.
Pour préparer la poudre, il faut faire bouillir le rhizome, ôter sa peau, le faire sécher au soleil, puis le réduire en poudre comme épice. Il entre couramment dans les mélanges d’épices de la cuisine indienne, en particulier le cari ou curry auquel il donne sa couleur jaune brillante… Sa saveur est poivrée et amère.
Le curcuma est utilisé depuis de longues années en médecine traditionnelle, notamment en Inde, pour traiter toute une variété d’indispositions : problèmes gastro-intestinaux, inflammation, maux de tête, infections et rhumes.
D’après une étude, le curcuma se situe au 5e rang parmi plus de 1 000 aliments quant à son contenu en antioxydants. Comme une portion usuelle de curcuma se situe plutôt autour de 2 g (5 ml), il contribue tout de même moins que d’autres aliments à notre apport quotidien en antioxydants. Pour un bilan nutritionnel et l’évaluation de votre apport en antioxydant

La curcumine aide à prévenir la croissance des tumeurs

Dans son livre Anticancer, le Dr David Servan-Schreiber, fait grand cas du curcuma pour ses fonctions antioxydantes et anti-inflammatoires.
Il semble y avoir un lien entre la consommation élevée de curcuma et la faible incidence de certains cancers en Inde et dans d’autres pays asiatiques, endroits où l’on en consomme beaucoup. Certains auteurs supposent que la consommation de 1 c. à thé (5 ml) de curcuma par jour fournirait la quantité de curcumine nécessaire pour un effet préventif.
Le « Journal of National Institut of Cancer » a publié un article le 29 avril 2008 retraçant l’ensemble des recherches effectuées sur les vertus du curcuma. La plus importante de ses qualités est sa capacité antioxydante de neutraliser les radicaux libres. L’effet protecteur de la curcumine contre les dommages radicalaires sur les lipides de l’ADN peut servir de mécanisme significatif pour aider à réduire le risque de cancer chez certains individus.
Un certain nombre de données montrent que la curcumine pourrait inhiber l’incidence et la progression de tumeurs du sein. Dans une expérience, 54 rats ont été soumis à des radiations pour induire le développement d’un cancer. Un groupe d’animaux a reçu ensuite de la curcumine alors que l’autre groupe ne recevait rien. Les résultats ont montré une incidence de tumeurs mammaires beaucoup plus faible (18,5%) chez les animaux supplémentés que dans le groupe témoin (70,3%). De plus, le développement de la tumeur était retardée de six mois dans le groupe ayant reçu de la curcumine.
Mais les effets anti-cancer de la curcumine ne sont pas limités au cancer du sein. Dans deux études récentes, des chercheurs de l’Université Columbia de New York ont examiné les qualités thérapeutiques potentielles de la curcumine contre le cancer de la prostate. C’est aussi un agent de chimioprévention efficace des cancers colorectaux chez les rongeurs (des essais cliniques chez des volontaires sont en cours)

Troubles gastro-intestinaux

Le curcuma est traditionnellement utilisé pour traiter des troubles gastro-intestinaux, tels l’inflammation et les ulcères d’estomac. Selon des études, la consommation quotidienne de 3 g de curcuma pendant 12 semaines s’est soldée en une régression complète des ulcères d’estomac chez 75 % des sujets.

La curcumine abaisse les niveaux de cholestérol

Quelques études ont démontré l’efficacité d’un extrait de curcuma dans la prévention de l’oxydation des LDL, le mauvais cholestérol. Ces résultats laissent présager que le curcuma peut prévenir l’apparition d’athérosclérose et d’autres facteurs de risque de maladies cardiovasculaires.
Ainsi, les taux de cholestérols d’animaux nourris avec de petites doses de curcumine ont chuté de 50% par rapport à ceux d’animaux n’ayant pas reçu de curcumine. Le nutriment réduit les niveaux de cholestérol en interférant sur son absorption intestinale en augmentant l’excrétion des acides biliaires. En 1992, une étude indienne a montré que chez 10 volontaires prenant de la curcumine, les niveaux bénéfiques de HDL ont augmenté de 29% en seulement sept jours. Dans le même temps, le cholestérol total diminuait de 11,6% et la peroxydation lipidique était réduite de 33%.

Maladie d’Alzheimer, des constats mais pas d’étude scientifique

La maladie d’Alzheimer est moins répandue dans certaines populations de l’Inde, comparativement à d’autres pays. Une des raisons invoquées pour expliquer cette observation était la consommation élevée de curcuma en Inde, mais cette explication n’est toujours pas appuyée par des données scientifiques. La curcumine pourrait également aider à stimuler les cellules du système immunitaire qui engloutissent les protéines du cerveau qui marquent la maladie d’Alzheimer

Précautions

La consommation de grandes quantités de curcuma avec la prise de médicaments pour le sang (telle l’aspirine) pourrait avoir un effet anticoagulant additionnel et augmenter les risques de saignement. En cas de maladie déclarée, ces conseils ne se substituent aucunement à votre traitement médical mais apporte un accompagnement à mettre en place avec le soutien de vos médecins.

Curcuma et poivre, le duo gagnant

Le rhizome frais est plus savoureux que la poudre, mais on le trouve difficilement en Occident. Le curcuma est de plus en plus irradié, le mieux est donc de s’en procurer en culture biologique dans les magasins de produits naturels. Enfin, l’association de curcuma et de pipérine, l’une des molécules active présente dans le poivre noir, augmente l’absorption du curcuma de 154%. Lorsque le poivre est absorbé à hauteur de 20mg par kilogramme de poids, la biodisponibilité du curcuma augmente alors de 2000%.

Boutique Biologiquement.comLe curcuma puissant antioxydant

  Posté par curcuma       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le curcuma bio antioxydant naturel puissant contient plus d’une douzaine de composés phénoliques appelés curcuminoïdes qui produisent différents effets bénéfiques pour la santé.

Ils fonctionnent comme de puissants antioxydants, une propriété significative à la lumière des nouvelles recherches suggérant que l’un d’entre eux, la curcumine, a d’importantes propriétés anticancéreuses. Le curcuma ou safran des Indes ou safran bourbon, en latin Curcuma longa est le rhizome d’une plante herbacée de la même famille que le gingembre. Extraite du rhizome de la plante, la poudre de curcuma a longtemps été utilisée en Asie du sud-est pour renforcer la saveur des aliments et les conserver. Elle a une saveur poivrée et amère. On la connaît surtout pour sa couleur jaune brillante et elle est souvent utilisée pour remplacer le safran. Elle donne leur couleur jaune au curry et à la moutarde. Le curcuma est utilisé depuis de longues années en médecine traditionnelle, notamment en Inde, pour traiter toute une variété d’indispositions incluant problèmes gastro-intestinaux, inflammation, maux de tête, infections et rhumes. Le curcuma est déjà mentionné dans un herbier assyrien datant d’environ 600 ans avant Jésus-Christ. Il est également cité dans le traité du célèbre médecin grec Dioscoride «Sur la matière médicale».

Un puissant antioxydant

La curcumine, extraite du curcuma, est un puissant antioxydant qui apporte une protection efficace contre les lésions occasionnées par les radicaux libres. En 1995, des travaux scientifiques ont montré qu’une alimentation contenant de la curcumine diminuait le stress oxydatif. Des chercheurs indiens ont montré que la curcumine inhibe la peroxydation lipidique et neutralise les radicaux superoxyde et hydroxyle. Deux autres études ont été publiées en 2000. Dans la première, les chercheurs ont montré qu’un contact prolongé des cellules endothéliales d’une aorte de bovin avec de la cucurmine renforçait la résistance cellulaire aux lésions oxydatives. Dans une investigation séparée, les chercheurs ont découvert que la cucurmine diminuait le stress oxydatif induit dans le foie de souris par du trichloréthylène. Ils en ont conclu que les effets bénéfiques de la cucurmine semblaient dériver de sa capacité à freiner l’augmentation des niveaux cellulaires de peroxisome, un composant associé à l’utilisation de l’oxygène par les cellules.

Le curcuma puissant antioxydant
Le curcuma puissant antioxydant

La curcumine abaisse les niveaux de cholestérol

L’oxydation des LDL, le «mauvais» cholestérol, joue un rôle important dans le développement de l’athérosclérose. Depuis quelques années, les capacités de la curcumine à diminuer les niveaux de cholestérol sont largement étudiées.

Ainsi, les taux de cholestérols d’animaux nourris avec de petites doses de curcumine ont chuté de 50% par rapport à ceux d’animaux n’ayant pas reçu de curcumine. Le nutriment réduit les niveaux de cholestérol en interférant sur son absorption intestinale en augmentant l’excrétion des acides biliaires. En 1992, une étude indienne a montré que chez 10 volontaires prenant de la curcumine, les niveaux bénéfiques de HDL ont augmenté de 29% en seulement sept jours. Dans le même temps, le cholestérol total diminuait de 11,6% et la peroxydation lipidique était réduite de 33%.
En janvier 1997, le Journal of Molecular Cell Biochemistry rapporte que la curcumine a démontré in vivo sa capacité à diminuer les taux de cholestérol total et de LDL cholestérol ainsi qu’à augmenter le taux de LDL cholestérol dans le sérum. Les recherches se sont poursuivies et la capacité de la curcumine à diminuer les taux de cholestérol sanguin a été soulignée dans le numéro d’avril 1998 de Molecular Cell Biochemistry. Un an plus tard, des chercheurs rapportent que l’extrait de curcuma peut exercer un effet protecteur dans la prévention de la lipoperoxydation des membranes sub-cellulaires.
En Espagne, des médecins ont donné à 18 lapins une alimentation riche en cholestérol pour induire une athérosclérose. Ils les ont ensuite divisés en trois groupes : le premier a reçu 1,66 mg de curcumine par kilo de poids, le second 3,2 mg et le troisième a servi de groupe témoin. Après 7 semaines, les chercheurs ont constaté que dans le groupe nourri avec la dose la plus faible de curcumine, la sensibilité des LDL à l’oxydation avait diminué et les deux groupes supplémentés avaient de plus faibles niveaux de cholestéro.

Curcumine et patients à haut risque de cancer

A Taiwan, des médecins ont récemment obtenu des résultats prometteurs dans la première étude clinique définie pour examiner les effets d’une supplémentation en curcumine chez des patients à haut risque de cancer. Sélectionnés sur la base d’histologies de tissus (analyses microscopiques de la structure des tissus), tous les patients étaient malades ou dans un état indiquant qu’ils étaient susceptibles de développer un cancer.

Ce groupe incluait des patients ayant des croissances tissulaires pré-malignes ou d’autres situations à haut risque telles qu’une structure anormale des tissus de l’intestin, de l’estomac, de la cavité buccale, de la vessie, de l’utérus ou de la peau.

Cette étude, qui a duré trois ans, a enrôlé 25 patients (13 hommes et 12 femmes) âgés de 36 à 77 ans. Tous ont reçu un traitement avec de la curcumine pendant trois mois à des doses différentes. Ils ont été divisés en cinq groupes recevant quotidiennement les doses suivantes : 500 mg (six patients), 1000mg (six patients), 2000 mg (quatre patients) et 8000 mg (trois patients).

Cette étude a fourni différents résultats importants. D’abord, toutes les doses utilisées se sont révélées sans toxicité pour les participants signifiant que des doses aussi élevées que 8000 mg quotidiens pendant trois mois étaient bien tolérées par des individus à haut risque. Deuxièmement, l’étude a démontré que la curcumine a un effet chimioprotecteur contre le cancer de l’homme. A titre d’exemple, des améliorations histologiques ont été observées chez sept des vingt-cinq participants (28%) après la période des trois mois de traitement. Enfin, aucune différence entre les bénéfices apportés par les différentes doses n’est apparue. 500 mg semblaient donner des résultats identiques à 4000 mg. Curieusement, avec la dose la plus élevée, 8000 mg, aucune amélioration n’a été observée chez les patients. Ces résultats semblent suggérer qu’une dose trop élevée de curcumine n’agit pas ou qu’il y avait trop peu de patients (seulement trois ont reçu cette dose) pour constituer un échantillon statistiquement significatif.

Ces résultats sont prometteurs et les chercheurs estiment que de plus vastes études sont nécessaires pour confirmer l’effet thérapeutique de la curcumine sur des lésions tissulaires spécifiques.

La curcumine aide à prévenir la croissance des tumeurs

Selon de récents travaux de recherches, la curcumine possède différentes qualités pouvant en faire un agent anticancéreux important. La plus importante de ces qualités est sa capacité antioxydante de neutraliser les radicaux libres. Les radicaux libres peuvent léser différents composants des cellules y compris l’ADN. L’effet protecteur de la curcumine contre les dommages radicalaires sur les lipides de l’ADN peuvent servir de mécanisme significatif pour aider à réduire le risque de cancer chez certains individus.

Un certain nombre de données montrent que la curcumine pourrait inhiber l’incidence et la progression de tumeurs du sein. Dans une expérience, 54 rats ont été soumis à des radiations pour induire le développement d’un cancer. Un groupe d’animaux a reçu ensuite de la curcumine alors que l’autre groupe ne recevait rien. Les résultats ont montré une incidence de tumeurs mammaires beaucoup plus faible (18,5%) chez les animaux supplémentés que dans le groupe témoin (70,3%). De plus, le développement de la tumeur était retardée de six mois dans le groupe ayant reçu de la curcumine. De surcroît, la proportion d’adénocarcinomes était moitié moins importante dans ce groupe que dans le groupe témoin.

Des chercheurs ont suggéré que la curcumine inhibe la croissance des cellules tumorales par des moyens provoquant l’apoptose ou mort cellulaire et que les gènes associés à la prolifération cellulaire et à l’apoptose pourraient avoir une action chimiopréventive. D’autres travaux émettent l’hypothèse que la capacité de la curcumine à neutraliser les radicaux libres et à inhiber l’oxyde nitrique (un composé impliqué à la fois dans l’inflammation et dans le cancer) pourrait expliquer ses activités. Dans une étude, on a montré que la curcumine neutralise directement l’oxyde nitrique et diminue les quantités de nitrate formé par réaction entre l’oxygène et l’oxyde nitrique. De façon contradictoire, d’autres chercheurs indiquent que l’action de la curcumine ne semble pas liée à l’apoptose ni à aucun changement dans l’expression des gènes reliés à l’apoptose. Par ailleurs, des chercheurs de l’Université du Texas on démontré que l’inhibition de la tumeur semble corrélée à celle de l’activité de l’ornithine décarboxylase par la curcumine, la sur-expression de l’ornithine décarboxylase étant impliquée dans le cancer.

Mais les effets anti-cancer de la curcumine ne sont pas limités au cancer du sein. Dans deux études récentes, des chercheurs de l’Université Columbia de New York ont examiné les qualités thérapeutiques potentielles de la curcumine contre le cancer de la prostate. Les chercheurs avaient découvert que la curcumine avait une forte capacité à inhiber in vitro la prolifération de cellules cancéreuses de prostates en interférant avec l’activité des protéines de signalisation, caractéristique des processus de croissance. Plus récemment, les chercheurs ont étendu leurs travaux pour savoir s’ils pouvaient obtenir des résultats similaires sur un modèle animal. Les chercheurs ont constaté que les cellules cancéreuses de prostate injectées de façon sous-cutanée dans des souris nourries pendant six semaines avec une alimentation contenant 2% de curcumine, étaient incapables de se développer largement et subissaient une nette apoptose.

La capacité de la curcumine à inhiber la carcinogenèse chimique pourrait également servir à réduire la croissance tumorale. Les carcinogènes sont des produits chimiques qui transportent un risque élevé de produire des lésions tissulaires pouvant conduire à un cancer. Dans une étude animale, on a montré que la curcumine pouvait inactiver toute une série de ces carcinogènes chimiques avant qu’ils ne causent des dommages cellulaires. Cette expérience a également démontré qu’une supplémentation avec de la curcumine peut jouer un rôle protecteur contre la formation de tumeurs.

Pour évaluer l’efficacité de la curcumine comme agent anti-carcinogène, son effet a été comparé à celui d’autres composants et extraits de plantes sur le carcinome buccal squameux. Des lignées cellulaires ont été cultivées pendant 72 heures. Ensuite, le nombre de cellules a été compté pour déterminer leur prolifération et leur croissance. Les chercheurs ont constaté que la curcumine était considérablement plus puissante que la génistéine ou la quercétine pour inhiber ce type de cancer. Seule, la cisplatine, une substance à base de platine également testée dans cette étude, s’est révélée plus efficace.

Curcumine et pathologies ophtalmiques

L’uvéite antérieure chronique est une inflammation de la paroi vasculaire de l’œil et plus particulièrement de la région comprenant l’iris. 375 mg de curcumine trois fois par jours ont été administrés par voie orale pendant douze semaines à 53 patients ayant une uvéite antérieure chronique. patients ont arrêté l’étude pour des raisons diverses. Après semaines de traitement, les symptômes étaient améliorés chez 90% des patients ayant terminé l’étude.

Dans une autre étude, 32 patients souffrant d’une uvéite antérieure chronique ont été divisés en deux groupes. L’un a reçu simplement de la curcumine, l’autre une combinaison de curcumine et d’un traitement antituberculeux. De façon étonnante, tous les patients traités avec la seule curcumine ont constaté une amélioration contre 86% de ceux ayant reçu le traitement combiné. Les chercheurs ont conclu que la curcumine était aussi efficace qu’une corticothérapie, seul traitement chronique actuellement disponible pour traiter l’uvéite antérieure chronique. Ils ont ajouté que l’absence d’effets secondaires de la curcumine était son plus grand avantage par rapport aux corticostéroïdes.

Une étude menée sur des rats et des lapins a montré que la curcumine inhibait efficacement la formation de la cataracte chimiquement induite, même à de faibles doses. Cette même étude a également montré, pour la première fois, que ce type de cataracte induite pouvait s’accompagner d’une apoptose des cellules épithéliales de l’œil et que la curcumine pourrait diminuer cet effet apoptotique.

Pour évaluer la curcumine comme traitement potentiel de la cataracte, des chercheurs ont nourri deux groupes de rats avec une alimentation contenant de l’huile de maïs ou une combinaison d’huile de maïs et de curcumine pendant jours. Ils ont ensuite extrait les cristallins pour examiner la présence de peroxydation lipidique. Les chercheurs ont constaté que les cristallins des rats traités avec la curcumine étaient beaucoup plus résistant à l’opacification induite que ne l’étaient les cristallins des animaux témoins.

Boutique Biologiquement.comLe Curcuma, protection pour articulations fragiles

  Posté par curcuma       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

C’est à la curcumine bio antioxydant puissant, l’un de ses principaux composants actifs, que le curcuma doit la plus grande partie de ses effets bénéfiques pour la santé.

La curcumine est un puissant antioxydant qui apporte une protection efficace contre les dommages cellulaires occasionnés par les radicaux libres.
De plus, la curcumine agit de multiples manières sur l’inflammation chronique.
Grâce à la curcumine qu’elle contient, le curcuma exerce de nombreuses actions physiologiques. Son utilisation est particulièrement intéressante pour réduire l’inflammation articulaire et pour atténuer les inflammations du système digestif.
Nous allons raconter l’histoire du curcuma, cette plante aux propriétés remarquables qui est utilisée depuis plusieurs millénaires…et qui est loin d’avoir livré tous ses secrets, puisque la recherche est actuellement en effervescence à son sujet…

Le Curcuma, protection pour articulations fragiles
Le Curcuma, protection pour articulations fragiles

L’utilisation traditionnelle pluri-millénaire du curcuma.
Le curcuma est l’un des principaux ingrédients du curry, ce mélange d’épices omniprésent dans la cuisine indienne. Le curcuma est aussi utilisé depuis de longues années en médecine traditionnelle, notamment en Inde ayurvédique, de même que dans les médecines traditionnelles de la Chine, du Japon, de la Thaïlande et de l’Indonésie.
Le curcuma est considéré comme un protecteur et tonique du système digestif complet et un remède contre divers troubles inflammatoires. Il est utilisé pour traiter toute une variété d’indispositions incluant problèmes gastro-intestinaux, inflammation, maux de tête, infections et rhumes.
En fait, ces propriétés sont pour ainsi dire universellement reconnues, si bien que le curcuma est commercialisé dans le monde entier.

L’histoire mondiale du Curcuma.

Le curcuma est un remède traditionnel des plus anciens. Ses bénéfices sur la santé ont été décrits en Inde il y a 4000 ans.
Le curcuma est l’un principes végétaux primordiaux de la médecine ancienne ayurvédique (« science de la vie » en sanscrit ancien). Il est traditionnellement associé à d’autres principes minéraux ou végétaux tel que boswellia serrata et gingembre, et en particulier, au poivre noir.
La sagesse populaire a devancé la science, puisque le poivre était toujours associé au curcuma dans le curry des Indiens. Des recherches ont été orientées en ce sens et ont confirmé le bon sens des traditions puisque la pipérine du poivre noir potentialise efficacement l’assimilation de la curcumine du curcuma.
Selon la médecine ayurvédique, les poivres noirs étaient utilisés pour leurs vertus anti-inflammatoires et comme composant anti-irritation. Le poivre noir était également utilisé par la médecine ayurvédique pour traiter les allergies.

Le curcuma est mentionné dans un herbier assyrien datant d’environ 600 ans av. J.-C. Il est cité dans le traité du médecin grec Dioscoride « Sur la matière médicale ». Marco Polo, dans ses mémoires de voyages en Chine, décrit le Curcuma au XIIIième siècle : « il y a une substance végétale possédant les caractéristiques du safran, ainsi que sa couleur, mais qui toutefois n’est pas exactement du safran. Le curcuma est tenu en très haute considération, il est un ingrédient que l’on trouve dans tous leurs mets culinaires, et son prix est élevé ».

La haute d’appréciation du curcuma est établie par son utilisation par de nombreuses cultures, chacune nommant l’épice dans sa langue respective :
Birman : fa nwin / Chinois : wong geung fun, yü chiu / Danois : gurkemeje / Néerlandais : geelwortel. / Finnois : keltajuuri / Français : curcuma, saffron des Indes / Allemand : gelbwurz, kurkuma / Islandais : turmerik / Italien : curcuma / Langues Indiennes : haldee, haridra, haldi, huldee, huldie / Indonesien : kunjit, kunyit / Japonais : ukon / Malais : kunjit / Norvégien : gurkemeie / Polonais : klacze kurkumy / Portuguais : açafrão-da-Índia / Russe : zholty imbir / Espagnol : azafrán de la India, azafran arabe / Cingalais : kaha / Suédois : gurkmeja / Tamoul : munjal / Thai : ka min / Vietnamien : bot nghe.

La validation par la Commission E et par l’OMS.
La Commission E (commission chargée par le Ministère de la Santé Allemand d’évaluer l’efficacité des préparations à base de plantes) et l’Organisation Mondiale de la santé (OMS) reconnaissent l’efficacité des rhizomes du curcuma pour traiter la dyspepsie, c’est-à-dire des troubles digestifs comme les maux d’estomac, les nausées, la perte d’appétit ou les sensations de surcharge, ainsi que les inflammations digestives.
Les effets de la plante curcuma longa sont dus à ses principes actifs, les curcumines.
Le groupe botanique auquel appartient le curcuma longa est lié au groupe des zingibéracées, auquel appartient le gingembre. La racine et le rhizome (les parties souterraines) du curcuma longa sont broyées sous forme de poudre. La poudre de curcuma est l’un des principaux ingrédients du curry, mélange d’épices omniprésent dans la cuisine indienne.
Dans les rhizomes du curcuma, ont été isolées des substances auxquelles a été donné le nom de curcumines. Il s’agit d’antioxydants très puissants, pouvant expliquer certaines indications médicinales traditionnelles de cette plante, en particulier pour le traitement de divers troubles inflammatoires : soulagement des douleurs arthrosiques, rhumatismales ou menstruelles, traitement de diverses inflammations cutanées, digestives etc…
Au cours de ces dernières années, la recherche scientifique internationale porte un intérêt croissant à l’étude de la curcumine – le principe actif principal du curcuma. Les concentrations de cucurmine étudiées sont bien plus élevées que celles des épices alimentaire, pour lesquelles le titrage en cucurmine n’est pas déterminé.
La tolérance irréprochable de la curcumine.
D’après les données disponibles, la curcumine, employée même à très forte dose, ne produit aucune toxicité, ni aucun effet secondaire chez l’homme. Le curcuma a été employé durant des milliers d’années sans effet indésirable, et ce même en forte quantité sous forme de condiment. L’agence de Santé Américaine FDA classe le curcuma parmi les substances saines et sans danger, en tant que GRAS (General Recognition And Safety).

La faible biodisponibilité de la curcumine, compensée par l’adjonction de pipérine (poivre noir).
La curcumine seule présente une très faible biodisponibilité. Il a été récemment démontré que les actifs du poivre noir (pipérine) permettent aux actifs du curcuma (curcumine et curcuminoïdes) d’être effectivement absorbés par l’organisme. La pipérine, l’ingrédient piquant du poivre, améliore l’absorption des curcuminoïdes. Nous utilisons la curcumine et la pipérine dans la composition de notre complément alimentaire Cartilamine Phyto.

L’absence de brevet sur la curcumine.

Les applications thérapeutiques de la curcumine intéressent de près de grands groupes pharmaceutiques qui ont déposé des demandes de brevet d’exclusivité. Cependant, du fait de sa provenance naturelle et de son utilisation traditionnelle largement documentée, ces demandes de brevets d’exclusivité ont toutes été rejetées. Si bien que la curcumine peut être commercialisée de manière libre dans le monde entier. Ceci est utile aux consommateurs éduqués et avertis.

Les développements à venir.

Avec plus de 3000 articles scientifiques, dont la majeure partie a été publiée au cours des dernières années, l’étude des effets de la curcumine bénéficie d’un intérêt remarquable de la part de la communauté scientifique internationale.
De nombreuses études in vitro et sur des animaux, et quelques études cliniques préliminaires ont déterminé des modes d’action multiples et cohérents. Ceci a déclenché une véritable effervescence simultanément dans plusieurs domaines médicaux : rhumatologie, gastro-entérologie, cancérologie et neurologie. Les multiples propriétés protectrices de la curcumine en font un candidat extrêmement crédible et remarquablement prometteur dans chacun de ces domaines. Les espoirs rationnellement suscités demandent maintenant à être confirmés par des études cliniques actuellement en cours ou à venir.

Boutique Biologiquement.comCurcuma bio plante médicinale

  Posté par curcuma       Laisser un commentaire
[Total : 1    Moyenne : 2/5]

Curcuma bio plante médicinale aux propriétés antioxydantes naturellles puissantes.

Systèmes de prédilection

SYSTÈME LOCOMOTEUR : antioxydant, anti-inflammatoire, analgésique externe ;
SYSTÈME DIGESTIF : antioxydant, anti-inflammatoire, hépatoprotecteur, bactéricide, fongicide, parasiticide, antitumoral, cholagogue, cholérétique, antispasmodique, carminatif, antiviral ;
SYSTÈME IMMUNITAIRE : antioxydant, bactéricide, fongicide, parasiticide, antitumoral, antiviral ;
SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE : antioxydant, anti-inflammatoire, hypocholestérolémiant, fluidifiant sanguin ;
SYSTÈME TÉGUMENTAIRE : antitumoral, bactéricide, fongicide, vulnéraire.

Curcuma bio plante médicinale
Curcuma bio plante médicinale

Indications
SYSTÈME LOCOMOTEUR
COMME ANTI-INFLAMMATOIRE
En médecine Ayurvédique, le curcuma est utilisé depuis des millénaires pour traiter les affections à caractère inflammatoire. L’action anti-inflammatoire du curcuma est comparable à celle de la cortisone, de la phénylbutazone (utilisée dans le traitement de l’arthrite rhumatoïde) et des anti-inflammatoires non-stéroïdiens. Il semble que le curcuma agisse en inhibant des enzymes qui participent à la synthèse des substances inflammatoires – elles-mêmes dérivées de l’acide arachidonique – comme les prostaglandines E2 et les leucotriènes. On pense qu’il diminue le relâchement des médiateurs chimiques des cellules et des neutrophiles. Il semble également augmenter l’effet du cortisol sur les cellules ou peut être même prolonger la demie-vie de ce dernier et/ou en diminuer sa dégradation hépatique.
Lorsque le curcuma est associé à des acides gras essentiels, ils se potentialisent mutuellement dans leurs actions anti-inflammatoires. Contrairement à certains anti-inflammatoires de synthèse, le curcuma n’inhibe pas la prostacycline, qui est un important facteur de prévention des thromboses vasculaires. Aussi, sa grande action antioxydante joue un rôle important dans son effet anti-inflammatoire.
arthrite
rhumatisme
arthrite rhumatoïde
douleur musculaire
bursite, tendinite
SYSTÈME DIGESTIF
Le curcuma améliore la digestion en stimulant le foie et la vésicule biliaire – l’excrétion de la bile en est augmentée de 100%. Il semble augmenter la production d’enzymes pancréatiques. Il est aussi hépatoprotecteur (surtout grâce à ses effets antioxydants causés par l’augmentation hépatique de glutathion et d’enzymes hépatiques – particulièrement le SGOT et SGPT – noms anglais – qu’il provoque), bactéricide et parasiticide.
INFLAMMATION du foie ou de la vésicule biliaire ;
HÉPATITE, JAUNISSE ;
Augmente la solubilité de la bile, donc le curcuma peut prévenir la formation de CALCULS ;
ULCÈRE GASTRIQUE : le curcuma protège la muqueuse de l’estomac en augmentant le taux de mucine qu’elle produit ;
DIARRHÉE, DYSENTERIE AMIBIQUE ;
FLATULENCES, BALLONNEMENTS ;
DYSPEPSIE ;
ATONIE DIGESTIVE.
SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE
ATHÉROSCLÉROSE
Tel que mentionné précédemment, le curcuma est antioxydant. Il prévient la peroxydation des lipides, dont le cholestérol. Et c’est justement ce cholestérol « peroxydé » qui se dépose dans la membrane des artères. De plus, le curcuma réduit de façon significative le taux de cholestérol dans le sang en diminuant sa réabsorption intestinale, en augmentant la transformation du cholestérol en acides biliaires et en augmentant l’excrétion de la bile.
THROMBOPHLÉBITE
De par son action anti-inflammatoire et fluidifiante (diminue l’agrégation plaquettaire, aide donc à garder le sang fluide), le curcuma aide à prévenir et à soulager la thrombophlébite.
SYSTÈME IMMUNITAIRE
CANCER
Utilisé en traitement préventif et en curatif. Il fait régresser les cancers déjà existants (surtout oral, du conduit digestif, du foie, des seins et de la peau), supprime l’effet mutagène de certaines substances (dont celles présentes dans le tabac) et inhibe la formation de nitrosamine. En plus, le curcuma prévient les changements génétiques qui peuvent survenir dans le noyau cellulaire (antimutagène). Tout comme le chardon marie, le curcuma est un puissant antioxydant. Il prévient la détérioration des tissus qui peut survenir lors des traitements de chimiothérapie.
BACTÉRICIDE, FONGICIDE ET PARASITICIDE
Le curcuma inhibe la croissance de nombreuses bactéries gram positives et gram négatives, dont celles qui causent la dysenterie amibique (Entamoeba hisolytic) et d’autres, comme le Clostridium perfringens, le Sarcina, le Gaffkya, les Staphylococcus, les Streptococcus, les Bacillus et plusieurs champignons pathogènes. Il aide également lors d’infections en inhibant la production de certaines toxines bactériennes qui peuvent causer de sérieux torts à l’organisme, dont les aflatoxines, produites par les champignons qui croissent dans la nourriture mal préservée.
VIH
Plusieurs études ont démontré que le curcuma ralentit la progression du VIH et semble augmenter le taux de CD 4 et de CD 8 dans le sang. Deux fonctionnements sont énoncés : 1. Le premier étant que la curcumine (une des substances actives dans le curcuma) inhibe la synthèse de l’enzyme intégrase qui permet au virus de s’intégrer au code génétique de la cellule hôte. 2. Le deuxième est que la curcumine inhibe la production de cytokine par la cellule hôte. La cytokine stimule la formation du VIH dans les lymphocytes. De plus, comme les personnes infectées par le VIH ont un besoin accru en antioxydants, le curcuma peut répondre partiellement à ce besoin. Bref, l’utilisation de ce rhizome dans le traitement du VIH semble prometteur. Plusieurs études cliniques sont en cours actuellement et notre compréhension des mécanismes d’actions du curcuma se clarifieront dans les années à venir.
UTILISATION EXTERNE
Peut étre utilisé sous forme d’huile infusée, d’emplâtres, de teinture…
irritation cutanée
plaie
entorse
foulure
douleurs arthritiques
psoriasis
mycoses : pied d’athlète, vaginite
pityriasis versicolor
galle
ulcères
NÉVRALGIES, SCIATIQUE…
Le curcuma a une action similaire à celle de la cayenne, relâchant la substance P, impliquée dans la production du message de la douleur. Cette substance étant subséquemment épuisée, le message de la douleur s’en trouve inhibé.
Solvants, modes d’utilisation et dosages
Pour apprécier les effets hépatiques et cholérétiques du curcuma, il est bon de le prendre avant les repas.
POUDRE 3 à 6 capsules par jour.
TEINTURE
5 à 20 gouttes, 2 à 3 fois par jour.
INFUSION
Pas très agréable au goût, 1 à 3 tasses par jour.
COMPRESSE ET HUILE
Pour les usages externes (ça tache !).
Constituants répertoriés
COMPOSÉS PHÉNOLIQUES : curcumi, tumérone, zingibérène ;
UN GROUPE DE CURCUMINOÏDES curcumine ;
HUILES VOLATILES : monoterpène : cinéol sesquiterpènes : limonèle, tumérone, curcumine, zingibérène
VITAMINES : béta-carotène (pro-A), acide ascorbique © ;
MINÉRAUX : potassium (K) ;
PEPTIDE HYDROSOLUBLE : 5-K dapeptide, tumérine ;
POLYSACCHARIDES : arabinogalactane ukonan A et C ;
Principes amers ; Résine.

Boutique Biologiquement.comCurcuma bio : propriétés médicinales

  Posté par curcuma       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

D’apparence, il se rapproche de très près du gingembre mais adopte une couleur plus orangée. Étant une épice, le curcuma est un parfait accompagnement dans la cuisson des aliments avec sa senteur poivrée, chaude et amère.

Le curcuma se trouve être également une plante aux propriétés médicinales qui ont déjà fait leurs preuves chez des peuples de l’orient comme les Indiens ou encore les Asiatiques du Sud-Est qui l’utilisent à des fins purement curatives. Il dispose en effet de plusieurs propriétés médicales très prisées dans le monde de la médecine traditionnelle. Le curcuma possède des propriétés anti-inflammatoires, antioxydantes, anticarcinogènes, antidyspepsies, hypocholésterolémiantes, hypolipidémiantes et aide à la détoxification de l’organisme. La propriété antioxydante du curcuma est l’une des premières raisons qui poussent les pratiquants de la médecine traditionnelle à le prescrire dans le traitement d’un bon nombre de maladies. Il agit en attirant les radicaux libres vers lui pour les défaire de leur unique électron et transformer ainsi ces radicaux libres en ions stables ou en molécules.

Curcuma bio : propriétés médicinales
Curcuma bio : propriétés médicinales

Les radicaux libres ne sont autres que des toxines que notre corps acquiert au moyen des aliments que nous ingurgitons, de l’air pollué ou de divers produits chimiques que notre organisme aurait inhalé et qui peuvent s’avérer létales pour le sujet. L’origine de cette qualité antioxydante réside dans la présence de curcuminoïdes dans les rhizomes du curcuma. Cet élément qui donne sa couleur jaune à la plupart des épices tels que le carry, le gingembre ou encore la cannelle est un puissant antioxydant qui agit principalement en empêchant la production de monoxyde d’azote.

Cette dernière est la cause des soucis inflammatoires que ressent l’organisme. Ces inflammations sont notamment à l’origine des maladies telles que le rhumatisme, l’arthrite ou les douleurs lors des cycles menstruels. Des traitements au curcuma peuvent se faire dans le cas d’inflammations ophtalmologiques, cutanées et aussi lors de cas d’hypercholestérolémie et de dyspepsie. En empêchant l’oxydation d’avoir lieu, elle agit en même temps comme un anti-inflammatoire. Sa propriété anti-inflammatoire est due au curcumine. Cette dernière inhibe l’action entreprise par les facteurs de l’inflammation comme les cellules neutrophiles, les lipoxygénases et les cyclo-ogénases. L’action mélangée que ces deux propriétés du curcuma a aussi un impact des plus importants dans la lutte contre la propagation du cancer. Des cellules cancérigènes présents dans l’organisme ou qui y sont entrées via des aliments mais également avec la fumée de la cigarette sont ainsi arrêtés dans leur développement. Les cellules cancéreuses sont maîtrisées dans l’organisme et ne peuvent en aucun cas avancer plus loin dans leur stade une fois que les propriétés de l’épice ont agi. L’évolution des métastases est également stoppée par le curcuma.

Cependant, le curcuma peut faire défaut à la chimiothérapie en affectant l’action curative de certaines molécules qui agissent durant cette période. Seul le médecin est apte à indiquer l’administration du curcuma durant une chimiothérapie. Traditionnellement utilisé comme une manière efficace de traiter les crises de foie, le curcuma vient en aide aux cellules du foie ou les hépatocytes. Dans son action, le curcuma favorisera la sécrétion du suc biliaire qui optimisera la digestion des aliments au niveau des intestins. Il s’agit des effets cholérétiques et cholagogues du curcuma. Il sera dès lors plus facile pour l’intestin d’absorber les graisses et rendre le cholestérol soluble. L’organisme pourra alors facilement rejeter le cholestérol par les matières fécales. Toujours au niveau des intestins, le curcuma aide à soigner le syndrome du colon irritable ou colopathie fonctionnelle. L’action du curcuma se résumera à stimuler le mucus gastrique. Cela aura pour résultats de remettre l’activité intestinale en ordre et réduire l’intensité des malaises abdominaux. A travers ses nombreuses propriétés, le curcuma peut également aider à la prévention de la maladie d’Alzheimer. En effet, la curcumine permettrait d’aider à la production de protéines qui empêchent l’apparition de la maladie. Les recherches scientifiques sont en cours pour confirmer l’action de la plante dans le cas de la maladie d’Alzheimer. Le curcuma était également préconisé en Inde pour traiter l’aménorrhée, sa consommation est fortement proscrite pour une femme enceinte, de même que chez les personnes sujettes à des ulcères d’estomac. La meilleure façon de consommer le curcuma est de l’incorporer dans les préparations culinaires notamment les vinaigrettes, les pâtes ou encore les sauces. Sa propriété est décuplée en l’associant avec le poivre noir, tout en relevant la saveur de vos plats.