Boutique Biologiquement.comLe curcuma bio, l’épice anti-cancer à l’étude en laboratoire

  Posté par curcuma       Laisser un commentaire
[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Le curcuma bio antioxydant, l’épice anti-cancer à l’étude en laboratoire

Passées les essais en laboratoires sur des souris, les premières études, encore en cours depuis 2007, sur des hommes en hôpital ont déjà donné des résultats encourageants. Des propriétés antioxydantes, anti-cancer et anti-cholestérol…focus sur cet épice à la saveur poivrée !

Article publié le 12 mars 2009
PAR Christine Briquet |

Le curcuma contient plus d’une douzaine de composés phénoliques qui produisent différents effets bénéfiques pour la santé. Ils fonctionnent comme de puissants antioxydants et l’un d’entre eux, la curcumine, a d’importantes propriétés anticancéreuses.

Le curcuma bio, l’épice anti-cancer à l’étude en laboratoire
Le curcuma bio, l’épice anti-cancer à l’étude en laboratoire

Antioxydants

Utilisé comme épice et colorant dans les préparations alimentaires, le curcuma (Curcuma longa) ou safran des Indes ou safran bourbon est le rhizome d’une plante herbacée vivace originaire du sud de l’Asie, de la même famille que le gingembre. Il est largement cultivé en Inde, mais aussi dans d’autres pays comme la Chine, Taiwan, le Japon, la Birmanie, l’Indonésie et l’Afrique.
Pour préparer la poudre, il faut faire bouillir le rhizome, ôter sa peau, le faire sécher au soleil, puis le réduire en poudre comme épice. Il entre couramment dans les mélanges d’épices de la cuisine indienne, en particulier le cari ou curry auquel il donne sa couleur jaune brillante… Sa saveur est poivrée et amère.
Le curcuma est utilisé depuis de longues années en médecine traditionnelle, notamment en Inde, pour traiter toute une variété d’indispositions : problèmes gastro-intestinaux, inflammation, maux de tête, infections et rhumes.
D’après une étude, le curcuma se situe au 5e rang parmi plus de 1 000 aliments quant à son contenu en antioxydants. Comme une portion usuelle de curcuma se situe plutôt autour de 2 g (5 ml), il contribue tout de même moins que d’autres aliments à notre apport quotidien en antioxydants. Pour un bilan nutritionnel et l’évaluation de votre apport en antioxydant

La curcumine aide à prévenir la croissance des tumeurs

Dans son livre Anticancer, le Dr David Servan-Schreiber, fait grand cas du curcuma pour ses fonctions antioxydantes et anti-inflammatoires.
Il semble y avoir un lien entre la consommation élevée de curcuma et la faible incidence de certains cancers en Inde et dans d’autres pays asiatiques, endroits où l’on en consomme beaucoup. Certains auteurs supposent que la consommation de 1 c. à thé (5 ml) de curcuma par jour fournirait la quantité de curcumine nécessaire pour un effet préventif.
Le « Journal of National Institut of Cancer » a publié un article le 29 avril 2008 retraçant l’ensemble des recherches effectuées sur les vertus du curcuma. La plus importante de ses qualités est sa capacité antioxydante de neutraliser les radicaux libres. L’effet protecteur de la curcumine contre les dommages radicalaires sur les lipides de l’ADN peut servir de mécanisme significatif pour aider à réduire le risque de cancer chez certains individus.
Un certain nombre de données montrent que la curcumine pourrait inhiber l’incidence et la progression de tumeurs du sein. Dans une expérience, 54 rats ont été soumis à des radiations pour induire le développement d’un cancer. Un groupe d’animaux a reçu ensuite de la curcumine alors que l’autre groupe ne recevait rien. Les résultats ont montré une incidence de tumeurs mammaires beaucoup plus faible (18,5%) chez les animaux supplémentés que dans le groupe témoin (70,3%). De plus, le développement de la tumeur était retardée de six mois dans le groupe ayant reçu de la curcumine.
Mais les effets anti-cancer de la curcumine ne sont pas limités au cancer du sein. Dans deux études récentes, des chercheurs de l’Université Columbia de New York ont examiné les qualités thérapeutiques potentielles de la curcumine contre le cancer de la prostate. C’est aussi un agent de chimioprévention efficace des cancers colorectaux chez les rongeurs (des essais cliniques chez des volontaires sont en cours)

Troubles gastro-intestinaux

Le curcuma est traditionnellement utilisé pour traiter des troubles gastro-intestinaux, tels l’inflammation et les ulcères d’estomac. Selon des études, la consommation quotidienne de 3 g de curcuma pendant 12 semaines s’est soldée en une régression complète des ulcères d’estomac chez 75 % des sujets.

La curcumine abaisse les niveaux de cholestérol

Quelques études ont démontré l’efficacité d’un extrait de curcuma dans la prévention de l’oxydation des LDL, le mauvais cholestérol. Ces résultats laissent présager que le curcuma peut prévenir l’apparition d’athérosclérose et d’autres facteurs de risque de maladies cardiovasculaires.
Ainsi, les taux de cholestérols d’animaux nourris avec de petites doses de curcumine ont chuté de 50% par rapport à ceux d’animaux n’ayant pas reçu de curcumine. Le nutriment réduit les niveaux de cholestérol en interférant sur son absorption intestinale en augmentant l’excrétion des acides biliaires. En 1992, une étude indienne a montré que chez 10 volontaires prenant de la curcumine, les niveaux bénéfiques de HDL ont augmenté de 29% en seulement sept jours. Dans le même temps, le cholestérol total diminuait de 11,6% et la peroxydation lipidique était réduite de 33%.

Maladie d’Alzheimer, des constats mais pas d’étude scientifique

La maladie d’Alzheimer est moins répandue dans certaines populations de l’Inde, comparativement à d’autres pays. Une des raisons invoquées pour expliquer cette observation était la consommation élevée de curcuma en Inde, mais cette explication n’est toujours pas appuyée par des données scientifiques. La curcumine pourrait également aider à stimuler les cellules du système immunitaire qui engloutissent les protéines du cerveau qui marquent la maladie d’Alzheimer

Précautions

La consommation de grandes quantités de curcuma avec la prise de médicaments pour le sang (telle l’aspirine) pourrait avoir un effet anticoagulant additionnel et augmenter les risques de saignement. En cas de maladie déclarée, ces conseils ne se substituent aucunement à votre traitement médical mais apporte un accompagnement à mettre en place avec le soutien de vos médecins.

Curcuma et poivre, le duo gagnant

Le rhizome frais est plus savoureux que la poudre, mais on le trouve difficilement en Occident. Le curcuma est de plus en plus irradié, le mieux est donc de s’en procurer en culture biologique dans les magasins de produits naturels. Enfin, l’association de curcuma et de pipérine, l’une des molécules active présente dans le poivre noir, augmente l’absorption du curcuma de 154%. Lorsque le poivre est absorbé à hauteur de 20mg par kilogramme de poids, la biodisponibilité du curcuma augmente alors de 2000%.

Boutique Biologiquement.comLe curcuma puissant antioxydant

  Posté par curcuma       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le curcuma bio antioxydant naturel puissant contient plus d’une douzaine de composés phénoliques appelés curcuminoïdes qui produisent différents effets bénéfiques pour la santé.

Ils fonctionnent comme de puissants antioxydants, une propriété significative à la lumière des nouvelles recherches suggérant que l’un d’entre eux, la curcumine, a d’importantes propriétés anticancéreuses. Le curcuma ou safran des Indes ou safran bourbon, en latin Curcuma longa est le rhizome d’une plante herbacée de la même famille que le gingembre. Extraite du rhizome de la plante, la poudre de curcuma a longtemps été utilisée en Asie du sud-est pour renforcer la saveur des aliments et les conserver. Elle a une saveur poivrée et amère. On la connaît surtout pour sa couleur jaune brillante et elle est souvent utilisée pour remplacer le safran. Elle donne leur couleur jaune au curry et à la moutarde. Le curcuma est utilisé depuis de longues années en médecine traditionnelle, notamment en Inde, pour traiter toute une variété d’indispositions incluant problèmes gastro-intestinaux, inflammation, maux de tête, infections et rhumes. Le curcuma est déjà mentionné dans un herbier assyrien datant d’environ 600 ans avant Jésus-Christ. Il est également cité dans le traité du célèbre médecin grec Dioscoride «Sur la matière médicale».

Un puissant antioxydant

La curcumine, extraite du curcuma, est un puissant antioxydant qui apporte une protection efficace contre les lésions occasionnées par les radicaux libres. En 1995, des travaux scientifiques ont montré qu’une alimentation contenant de la curcumine diminuait le stress oxydatif. Des chercheurs indiens ont montré que la curcumine inhibe la peroxydation lipidique et neutralise les radicaux superoxyde et hydroxyle. Deux autres études ont été publiées en 2000. Dans la première, les chercheurs ont montré qu’un contact prolongé des cellules endothéliales d’une aorte de bovin avec de la cucurmine renforçait la résistance cellulaire aux lésions oxydatives. Dans une investigation séparée, les chercheurs ont découvert que la cucurmine diminuait le stress oxydatif induit dans le foie de souris par du trichloréthylène. Ils en ont conclu que les effets bénéfiques de la cucurmine semblaient dériver de sa capacité à freiner l’augmentation des niveaux cellulaires de peroxisome, un composant associé à l’utilisation de l’oxygène par les cellules.

Le curcuma puissant antioxydant
Le curcuma puissant antioxydant

La curcumine abaisse les niveaux de cholestérol

L’oxydation des LDL, le «mauvais» cholestérol, joue un rôle important dans le développement de l’athérosclérose. Depuis quelques années, les capacités de la curcumine à diminuer les niveaux de cholestérol sont largement étudiées.

Ainsi, les taux de cholestérols d’animaux nourris avec de petites doses de curcumine ont chuté de 50% par rapport à ceux d’animaux n’ayant pas reçu de curcumine. Le nutriment réduit les niveaux de cholestérol en interférant sur son absorption intestinale en augmentant l’excrétion des acides biliaires. En 1992, une étude indienne a montré que chez 10 volontaires prenant de la curcumine, les niveaux bénéfiques de HDL ont augmenté de 29% en seulement sept jours. Dans le même temps, le cholestérol total diminuait de 11,6% et la peroxydation lipidique était réduite de 33%.
En janvier 1997, le Journal of Molecular Cell Biochemistry rapporte que la curcumine a démontré in vivo sa capacité à diminuer les taux de cholestérol total et de LDL cholestérol ainsi qu’à augmenter le taux de LDL cholestérol dans le sérum. Les recherches se sont poursuivies et la capacité de la curcumine à diminuer les taux de cholestérol sanguin a été soulignée dans le numéro d’avril 1998 de Molecular Cell Biochemistry. Un an plus tard, des chercheurs rapportent que l’extrait de curcuma peut exercer un effet protecteur dans la prévention de la lipoperoxydation des membranes sub-cellulaires.
En Espagne, des médecins ont donné à 18 lapins une alimentation riche en cholestérol pour induire une athérosclérose. Ils les ont ensuite divisés en trois groupes : le premier a reçu 1,66 mg de curcumine par kilo de poids, le second 3,2 mg et le troisième a servi de groupe témoin. Après 7 semaines, les chercheurs ont constaté que dans le groupe nourri avec la dose la plus faible de curcumine, la sensibilité des LDL à l’oxydation avait diminué et les deux groupes supplémentés avaient de plus faibles niveaux de cholestéro.

Curcumine et patients à haut risque de cancer

A Taiwan, des médecins ont récemment obtenu des résultats prometteurs dans la première étude clinique définie pour examiner les effets d’une supplémentation en curcumine chez des patients à haut risque de cancer. Sélectionnés sur la base d’histologies de tissus (analyses microscopiques de la structure des tissus), tous les patients étaient malades ou dans un état indiquant qu’ils étaient susceptibles de développer un cancer.

Ce groupe incluait des patients ayant des croissances tissulaires pré-malignes ou d’autres situations à haut risque telles qu’une structure anormale des tissus de l’intestin, de l’estomac, de la cavité buccale, de la vessie, de l’utérus ou de la peau.

Cette étude, qui a duré trois ans, a enrôlé 25 patients (13 hommes et 12 femmes) âgés de 36 à 77 ans. Tous ont reçu un traitement avec de la curcumine pendant trois mois à des doses différentes. Ils ont été divisés en cinq groupes recevant quotidiennement les doses suivantes : 500 mg (six patients), 1000mg (six patients), 2000 mg (quatre patients) et 8000 mg (trois patients).

Cette étude a fourni différents résultats importants. D’abord, toutes les doses utilisées se sont révélées sans toxicité pour les participants signifiant que des doses aussi élevées que 8000 mg quotidiens pendant trois mois étaient bien tolérées par des individus à haut risque. Deuxièmement, l’étude a démontré que la curcumine a un effet chimioprotecteur contre le cancer de l’homme. A titre d’exemple, des améliorations histologiques ont été observées chez sept des vingt-cinq participants (28%) après la période des trois mois de traitement. Enfin, aucune différence entre les bénéfices apportés par les différentes doses n’est apparue. 500 mg semblaient donner des résultats identiques à 4000 mg. Curieusement, avec la dose la plus élevée, 8000 mg, aucune amélioration n’a été observée chez les patients. Ces résultats semblent suggérer qu’une dose trop élevée de curcumine n’agit pas ou qu’il y avait trop peu de patients (seulement trois ont reçu cette dose) pour constituer un échantillon statistiquement significatif.

Ces résultats sont prometteurs et les chercheurs estiment que de plus vastes études sont nécessaires pour confirmer l’effet thérapeutique de la curcumine sur des lésions tissulaires spécifiques.

La curcumine aide à prévenir la croissance des tumeurs

Selon de récents travaux de recherches, la curcumine possède différentes qualités pouvant en faire un agent anticancéreux important. La plus importante de ces qualités est sa capacité antioxydante de neutraliser les radicaux libres. Les radicaux libres peuvent léser différents composants des cellules y compris l’ADN. L’effet protecteur de la curcumine contre les dommages radicalaires sur les lipides de l’ADN peuvent servir de mécanisme significatif pour aider à réduire le risque de cancer chez certains individus.

Un certain nombre de données montrent que la curcumine pourrait inhiber l’incidence et la progression de tumeurs du sein. Dans une expérience, 54 rats ont été soumis à des radiations pour induire le développement d’un cancer. Un groupe d’animaux a reçu ensuite de la curcumine alors que l’autre groupe ne recevait rien. Les résultats ont montré une incidence de tumeurs mammaires beaucoup plus faible (18,5%) chez les animaux supplémentés que dans le groupe témoin (70,3%). De plus, le développement de la tumeur était retardée de six mois dans le groupe ayant reçu de la curcumine. De surcroît, la proportion d’adénocarcinomes était moitié moins importante dans ce groupe que dans le groupe témoin.

Des chercheurs ont suggéré que la curcumine inhibe la croissance des cellules tumorales par des moyens provoquant l’apoptose ou mort cellulaire et que les gènes associés à la prolifération cellulaire et à l’apoptose pourraient avoir une action chimiopréventive. D’autres travaux émettent l’hypothèse que la capacité de la curcumine à neutraliser les radicaux libres et à inhiber l’oxyde nitrique (un composé impliqué à la fois dans l’inflammation et dans le cancer) pourrait expliquer ses activités. Dans une étude, on a montré que la curcumine neutralise directement l’oxyde nitrique et diminue les quantités de nitrate formé par réaction entre l’oxygène et l’oxyde nitrique. De façon contradictoire, d’autres chercheurs indiquent que l’action de la curcumine ne semble pas liée à l’apoptose ni à aucun changement dans l’expression des gènes reliés à l’apoptose. Par ailleurs, des chercheurs de l’Université du Texas on démontré que l’inhibition de la tumeur semble corrélée à celle de l’activité de l’ornithine décarboxylase par la curcumine, la sur-expression de l’ornithine décarboxylase étant impliquée dans le cancer.

Mais les effets anti-cancer de la curcumine ne sont pas limités au cancer du sein. Dans deux études récentes, des chercheurs de l’Université Columbia de New York ont examiné les qualités thérapeutiques potentielles de la curcumine contre le cancer de la prostate. Les chercheurs avaient découvert que la curcumine avait une forte capacité à inhiber in vitro la prolifération de cellules cancéreuses de prostates en interférant avec l’activité des protéines de signalisation, caractéristique des processus de croissance. Plus récemment, les chercheurs ont étendu leurs travaux pour savoir s’ils pouvaient obtenir des résultats similaires sur un modèle animal. Les chercheurs ont constaté que les cellules cancéreuses de prostate injectées de façon sous-cutanée dans des souris nourries pendant six semaines avec une alimentation contenant 2% de curcumine, étaient incapables de se développer largement et subissaient une nette apoptose.

La capacité de la curcumine à inhiber la carcinogenèse chimique pourrait également servir à réduire la croissance tumorale. Les carcinogènes sont des produits chimiques qui transportent un risque élevé de produire des lésions tissulaires pouvant conduire à un cancer. Dans une étude animale, on a montré que la curcumine pouvait inactiver toute une série de ces carcinogènes chimiques avant qu’ils ne causent des dommages cellulaires. Cette expérience a également démontré qu’une supplémentation avec de la curcumine peut jouer un rôle protecteur contre la formation de tumeurs.

Pour évaluer l’efficacité de la curcumine comme agent anti-carcinogène, son effet a été comparé à celui d’autres composants et extraits de plantes sur le carcinome buccal squameux. Des lignées cellulaires ont été cultivées pendant 72 heures. Ensuite, le nombre de cellules a été compté pour déterminer leur prolifération et leur croissance. Les chercheurs ont constaté que la curcumine était considérablement plus puissante que la génistéine ou la quercétine pour inhiber ce type de cancer. Seule, la cisplatine, une substance à base de platine également testée dans cette étude, s’est révélée plus efficace.

Curcumine et pathologies ophtalmiques

L’uvéite antérieure chronique est une inflammation de la paroi vasculaire de l’œil et plus particulièrement de la région comprenant l’iris. 375 mg de curcumine trois fois par jours ont été administrés par voie orale pendant douze semaines à 53 patients ayant une uvéite antérieure chronique. patients ont arrêté l’étude pour des raisons diverses. Après semaines de traitement, les symptômes étaient améliorés chez 90% des patients ayant terminé l’étude.

Dans une autre étude, 32 patients souffrant d’une uvéite antérieure chronique ont été divisés en deux groupes. L’un a reçu simplement de la curcumine, l’autre une combinaison de curcumine et d’un traitement antituberculeux. De façon étonnante, tous les patients traités avec la seule curcumine ont constaté une amélioration contre 86% de ceux ayant reçu le traitement combiné. Les chercheurs ont conclu que la curcumine était aussi efficace qu’une corticothérapie, seul traitement chronique actuellement disponible pour traiter l’uvéite antérieure chronique. Ils ont ajouté que l’absence d’effets secondaires de la curcumine était son plus grand avantage par rapport aux corticostéroïdes.

Une étude menée sur des rats et des lapins a montré que la curcumine inhibait efficacement la formation de la cataracte chimiquement induite, même à de faibles doses. Cette même étude a également montré, pour la première fois, que ce type de cataracte induite pouvait s’accompagner d’une apoptose des cellules épithéliales de l’œil et que la curcumine pourrait diminuer cet effet apoptotique.

Pour évaluer la curcumine comme traitement potentiel de la cataracte, des chercheurs ont nourri deux groupes de rats avec une alimentation contenant de l’huile de maïs ou une combinaison d’huile de maïs et de curcumine pendant jours. Ils ont ensuite extrait les cristallins pour examiner la présence de peroxydation lipidique. Les chercheurs ont constaté que les cristallins des rats traités avec la curcumine étaient beaucoup plus résistant à l’opacification induite que ne l’étaient les cristallins des animaux témoins.